Bousculade mortelle à La Mecque: Les pèlerins reprennent le rituel de «lapidation de Satan»

DRAME Au lendemain du mouvement de foule qui a coûté la vie à 717 personnes...  

20 Minutes avec AFP

— 

Des pélerins arrivent à Mina, près de La Mecque, pour accomplir le rituel de lapidation de Satan, le 24 septembre 2015
Des pélerins arrivent à Mina, près de La Mecque, pour accomplir le rituel de lapidation de Satan, le 24 septembre 2015 — MOHAMMED AL-SHAIKH AFP

Les musulmans continuent le pèlerinage malgré le drame de la veille à La Mecque. Les fidèles musulmans ont repris vendredi le rituel de la lapidation de Satan, au lendemain de la tragique bousculade qui a fait plus de 700 morts.

Après avoir passé la nuit à Mina, une cité de tentes blanches située à 5 kilomètres de La Mecque, ils se succédaient pour s’adonner au rituel de lapidation, qui consiste à jeter des cailloux en direction de trois stèles, symbolisant Satan selon la tradition musulmane.

La tragédie la plus meurtrière tragédie à endeuiller le hajj depuis 25 ans

La foule était dans la matinée moins compacte que la veille lorsqu’une bousculade, survenue au premier jour de ce rituel, a fait 717 morts et 863 blessés, la plus meurtrière tragédie à endeuiller le hajj depuis 25 ans.

Les autorités saoudiennes ont promis une enquête « rapide et transparente » après ce drame, vivement critiqué notamment en Iran, qui a déploré la mort de 131 de ses pèlerins. Depuis New York où il doit participer à l’Assemblée générale de l’ONU, le président iranien Hassan Rohani a demandé au « gouvernement saoudien d’accepter ses responsabilités » dans cette catastrophe.

Une « mauvaise gestion » des autorités saoudienne

Avant lui, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, avait estimé qu’une « mauvaise gestion » des autorités saoudiennes était à l’origine de la bousculade et demandé à Ryad « d’accepter l’énorme responsabilité de cette catastrophe ».

Le hajj est l’un des cinq piliers de l’islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie s’il en a les moyens. Deux millions de fidèles participent au pèlerinage cette année, dont 1,4 million venu de l’étranger, selon les autorités.