«Ceux qui ne partagent pas les valeurs (de l'Europe) doivent s'interroger sur leur présence dans l'UE» selon Hollande

MIGRANTS Le président français s'est exprimé à l'issue d'un sommet européen à Bruxelles...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande à l'université de Saclay Paris-Sud(Orsay) 17 septembre 2015. AFP PHOTO POOL/JACKY NAEGELEN
François Hollande à l'université de Saclay Paris-Sud(Orsay) 17 septembre 2015. AFP PHOTO POOL/JACKY NAEGELEN — AFP

Les dirigeants européens, réunis mercredi en sommet d’urgence à Bruxelles sur la crise migratoire, vont s’engager à verser un milliard d’euros supplémentaires aux agences de l’ONU venant en aide aux réfugiés dans les pays voisins de la Syrie.

Les 28 Etats membres de l’Union européenne s’engagent à « répondre aux besoins urgents des réfugiés dans la région en aidant le Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés, le Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres agences avec au moins un milliard d’euros supplémentaires », selon ce document.

L’Allemagne et la France vont apporter leur part

« Il faut s’attaquer aux problèmes à la racine : combattre la faim dans les camps de réfugiés. L’Allemagne va apporter sa part », a promis la chancelière Angela Merkel en arrivant à la réunion convoquée d’urgence pour répondre à la crise migratoire sans précédent depuis 1945 sur le Vieux continent.

François Hollande a lui aussi confirmé « que la France prendra sa part et apportera une aide financière supplémentaire aux réfugiés. » Il a aussi visé ceux qui jouent beaucoup moins le jeu en Europe actuellement, à l’image de la Hongrie de Viktor Orban. « Ceux qui ne partagent pas les valeurs et les principes (de l’Europe) doivent se poser la question de leur présence dans l’UE. »

1,7 milliard d’euros mobilisés par la Commission européenne

Donald Tusk, le président du Conseil européen qui représente les 28 pays de l’UE, avait insisté la semaine dernière sur les besoins urgents du PAM, contraint, faute de moyens, de réduire la distribution de rations et de coupons alimentaires aux réfugiés syriens établis en Jordanie, en Turquie et au Liban.

C’est « une question qui ne peut pas attendre », avait souligné M. Tusk dans une lettre adressée aux chefs d’Etat et de gouvernement européens. « Le PAM a besoin d’argent pour fournir de la nourriture à 11 millions de personnes en Syrie et dans la région », avait-il insisté. Le Premier ministre britannique David Cameron a promis de verser 100 millions de livres (136 millions d’euros), dont 40 millions (54 millions d’euros) pour le PAM, « car nous devons nous assurer que les gens dans les camps de réfugiés sont correctement nourris et pris en charge (…) pour les aider et éviter qu’ils ne songent à faire ce périple très difficile et dangereux vers l’Europe ».

Selon la Commission européenne, seulement 38 % des fonds demandés par les agences humanitaires pour aider les réfugiés syriens, qui sont quatre millions à avoir fui vers ces trois pays voisins, ont été versés. La Commission avait annoncé pour sa part mercredi matin son intention de mobiliser 1,7 milliard d’euros pour répondre à la crise migratoire d’ici fin 2016, dont 500 millions pour les agences humanitaires.