Les forces pakistanaises prêtes à déloger les islamistes

©2007 20 minutes

— 

Un assaut contre la Mosquée rouge d'Islamabad, au Pakistan, semblait se profiler hier. Les affrontements entre islamistes assiégés et forces gouvernementales sont entrés hier dans leur sixième jour. Des responsables ont déclaré que des extrémistes liés à Al-Qaida avaient pris le contrôle de la mosquée. « Le gouvernement pourrait avoir à repenser sa stratégie », a averti le vice-ministre de l'Information, Tariq Azeem.

Jusqu'à présent, le président pakistanais, Pervez Mucharraf, avait ordonné aux troupes de ne pas donner l'assaut en raison de craintes pour les femmes et les enfants retenus comme « boucliers humains » par les islamistes, selon les autorités. Samedi, le général Mucharraf a durci le ton : il a exhorté les islamistes à se rendre, les avertissant que, dans le cas contraire, ils risquaient la mort. Le discours a changé à la suite de l'assassinat d'un colonel, atteint dans la nuit de samedi à dimanche par des tirs près de la mosquée. Ce décès porte à vingt-quatre morts le bilan officiel depuis le début des affrontements. Tariq Azeem a qualifié de « risible » le chiffre de « 335 morts » avancé hier par Abdul Rashid Ghazi, numéro deux de la Mosquée rouge.