Le pèlerinage à La Mecque commence pour deux millions de fidèles

RELIGION Onze jours après l’effondrement d’une grue sur la Grande mosquée de La Mecque ayant fait plus de cent morts…

20 Minutes avec AFP

— 

Des pèlerins à La Mecque le 20 septembre 2015.
Des pèlerins à La Mecque le 20 septembre 2015. — MOHAMED EL DAKHAKNY/SIPA

Des centaines de milliers de musulmans en Arabie saoudite ont commencé ce mardi à faire mouvement de La Mecque vers la vallée proche de Mina au premier jour du hajj, l’un des plus grands pèlerinages annuels du monde.

Plus de deux millions de fidèles doivent effectuer le hajj cette année, selon les autorités saoudiennes qui ont déjà été confrontées le 11 septembre à un grave accident -l’effondrement d’une grue sur la Grande mosquée de La Mecque- ayant fait 108 morts et 400 blessés, dont des pèlerins étrangers.

Cent mille policiers mobilisés

L’Arabie saoudite a mobilisé plus de 100.000 policiers pour assurer la sécurité du hajj qui se déroule dans un contexte de violences au Moyen-Orient, sur fond de menaces djihadistes et de risques liés à une épidémie du coronavirus MERS.

La foule a commencé à se rendre tôt ce mardi matin, à pied, en bus ou en train, dans la vallée de Mina, à quelques kilomètres à l’est de La Mecque, où une immense ville de toile a été érigée. Certains font une pause pour écouter des prêcheurs expliquer les rituels et la signification du hajj.

DIAPORAMA. Les pèlerins sous haute sécurité

« C’est un cadeau de dieu que de nous avoir choisi pour être ici », dit Walaa Ali, pèlerin égyptien de 35 ans. Et d’ajouter, les larmes aux yeux : « Je suis si heureux d’être ici. » Appelée journée de la « Tarwiah », cette première étape du hajj voyait les pèlerins, dans les temps anciens, abreuver leurs montures et faire des provisions en eau pour rallier le Mont Arafat, à 10 kilomètres au sud-est de Mina.

Le stationnement sur le Mont Arafat pour une journée de prières prévue mercredi est le moment fort du hajj, l’un des cinq piliers de l’islam que tout fidèle est supposé accomplir au moins une fois s’il en a les moyens.