Présidentielle américaine: Scott Walker jette l'éponge et s'en prend à Donald Trump

ETATS-UNIS Après Rick Perry le 11 septembre, c'est le second candidat à suspendre sa campagne...

20 Minutes avec AFP
— 
Le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, le 14 septembre 2015.
Le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, le 14 septembre 2015. — Isaac Brekken/AP/SIPA

Une nouvelle victime collatérale de l’ascension de Donald Trump. Un temps considéré comme une étoile montante du parti républicain, le gouverneur du Wisconsin, Scott Walker, a annoncé ce lundi qu’il abandonnait la course à l’investiture républicaine pour la Maison Blanche.

>> A lire : Parlez-vous le Donald Trump?

Le candidat a confirmé la révélation du New York Times (article en anglais) lors d’une conférence de presse à Madison, capitale du Wisconsin, l’Etat qu’il dirige depuis 2011. Il a indiqué que ses coffres étaient vides et a lancé un missile contre Donald Trump: «J'encourage certains candidats à faire comme moi afin de pouvoir faire émerger une alternative conservatrice positive au leader actuel.» Traduction: Unissons nous tous contre Trump.

15 candidats restants

Sur les 17 candidats initiaux, 15 restent ainsi en lice. Rick Perry, ex-gouverneur du Texas, a abandonné le 11 septembre.

Scott Walker, 47 ans, avait commencé l’année sur les chapeaux de roues, par des discours très bien accueillis dans les rassemblements conservateurs. Au printemps, il fut même en tête de quelques sondages, mais depuis l’entrée en scène de Donald Trump en juin, sa cote s’est effondrée, jusqu’à tomber à zéro dans un sondage CNN paru dimanche.

Le nom de Scott Walker ne disait rien aux Américains jusqu’à ce qu’en 2011 d’immenses manifestations syndicales n’envahissent Madison pour protester contre son projet de réduction du pouvoir de négociation collective des syndicats de fonctionnaires. L’affrontement, remporté par Scott Walker, fit de lui la bête noire des syndicats et de la gauche américaine, mais lui avait valu des éloges dans les cercles conservateurs.