Auschwitz: A 91 ans, une ex-télégraphiste du camp de concentration pourrait être jugée

JUSTICE L’ancienne nazie, qui avait moins de 21 ans à l'époque des faits, relève de la justice des mineurs...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, aujourd'hui en Pologne.
L'ancien camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, aujourd'hui en Pologne. — Matthias Schrader/AP/SIPA

Jusqu’au dernier, l’Allemagne entend juger les criminels du IIIe Reich. Ainsi, une ancienne télégraphiste d’Auschwitz, âgée de 91 ans, vient d’être renvoyée devant la justice des mineurs allemande pour « complicité » dans l’extermination d’au moins 260 000 Juifs en 1944.

Le tribunal de Kiel (nord) devrait décider l’an prochain de la tenue d’un procès, qui dépend du sérieux des charges, mais aussi de l’état de santé de l’accusée, obstacle fréquent aux poursuites contre d’anciens nazis, a précisé ce lundi le procureur général, Heinz Döllel.

L’ancienne nazie relève de la justice des mineurs parce qu’elle avait moins de 21 ans à l’époque des faits.

Poursuivie pour « l’Opération Hongrie »

Le parquet de Kiel n’a pas communiqué l’identité de l’ex-télégraphiste, membre d’un corps spécifiquement féminin destiné à assister les SS des camps de concentration, précisant seulement qu’elle était poursuivie pour la période d’avril à juillet 1944.

Ces trois mois correspondent notamment à l’extermination massive des Juifs hongrois, à un rythme que jamais les chambres à gaz d’Auschwitz-Birkenau n’avaient atteint auparavant. Ancien comptable d’Auschwitz condamné cet été à quatre ans de prison, Oskar Gröning, 94 ans, avait lui aussi dû répondre de son rôle dans « l’Opération Hongrie ».

Selon le patron de l’office fédéral chargé d’enquêter sur les crimes nazis, une dizaine d’enquêtes sur d’anciens gardes de camps de la mort sont toujours en cours, même si « beaucoup ont dû être abandonnées » en raison du décès ou de l’état physique des suspects.