États-Unis : Nette augmentation des homicides en 2015

SOCIETE Entre janvier et mi-août 2015, Baltimore a enregistré davantage d'homicides que sur toute l'année 2014...

20 Minutes avec agences
— 
Les homicides et les agressions ont nettement diminué aux Etats-Unis depuis les dernières décennies mais restent très élevés
Les homicides et les agressions ont nettement diminué aux Etats-Unis depuis les dernières décennies mais restent très élevés — Mandel Ngan AFP

Si la tendance était à la baisse depuis plusieurs années, 2015 aura été marquée par une recrudescence des homicides dans une trentaine de grandes villes américaines. A Washington, St Louis et Milwaukee, cette hausse atteint respectivement 44 %, 60 % et 76 % cette année par rapport à 2014, a récemment calculé le New York Times.

Plus de 200 meurtres commis à New-York depuis le mois de janvier

Parmi les autres métropoles concernées par la courbe inquiétante figurent New York (208 homicides), Philadelphie (171), Dallas (83) et la Nouvelle-Orléans (120).

Même constat à Chicago, qui le 2 septembre dernier, enregistrait neuf décès par armes à feu (huit homicides et la mort accidentelle d’un enfant) soit le pire bilan depuis une décennie. Dans la ville proche de Cleveland, le chef de la police Calvin Williams s’est exclamé mercredi dernier « Assez, c’est assez ! », après la mort par balle d’un enfant de 3 ans, quelques jours après celle d’un autre de 5 ans.

Autre municipalité devenue symbole de la dégradation, Baltimore. Entre janvier et mi-août 2015, la ville a enregistré davantage d’homicides que sur toute l’année 2014. Confrontée à ce piètre résultat, la maire Stéphanie Rawlings-Blake a annoncé qu’elle ne se représenterait pas. En avril dernier, l’élue démocrate avait dû faire face à des émeutes, déclenchées par la mort d’un Noir pendant son transport dans un fourgon de police.

Un accès aux armes facilité

Deandra Yates, dont le fils de 14 ans est paralysé après avoir reçu une balle dans la tête lors d’une fête d’anniversaire raconte : « Dans mon Etat, l’Indiana, nos lois en matière d’armes sont très laxistes, donc beaucoup de gens y ont accès et nos rues en sont inondées. Des ados vous diront qu’ils peuvent se procurer un flingue pour 280 dollars. ». « La violence des armes ravage notre communauté. C’est une épidémie, c’est comme un génocide » affirme Margaret Eaddy, qui a perdu son fils, décédé à l’âge de 28 ans.

Les experts, qui peinent à expliquer précisément le phénomène, affirment que différents facteurs tels que la drogue, la guerre des gangs, la prolifération des armes jouent selon les villes.

88 personnes meurent chaque jour à cause des armes à feu

Selon une thèse récente, sujette à caution mais avancée par des responsables conservateurs, la détérioration des statistiques s’expliquerait par un « effet Ferguson ». Autrement dit, les membres des forces de l’ordre seraient devenus réticents à aller au charbon, après l’avalanche de critiques qu’ils ont subies depuis la mort de Michael Brown, un Noir de 18 ans abattu par un policier blanc l’an dernier dans cette ville du Missouri. Une aubaine pour les malfaiteurs qui auraient alors pris de l’assurance. Chaque jour, les armes à feu font en moyenne 88 morts, suicides compris aux Etats-Unis.