Grèce: Victorieux, Alexis Tsipras forme son gouvernement

LEGISLATIVES Syriza était crédité de 35,47% des voix contre 28,09% au parti de droite Nouvelle Démocratie...

20 Minutes avec AFP

— 

Des partisans de Syriza célèbrent leur victoire, à Athènes, le 20 septembre 2015. Lancer le diaporama
Des partisans de Syriza célèbrent leur victoire, à Athènes, le 20 septembre 2015. — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

Alexis Tsipras devrait former dès lundi un exécutif durable chargé de mettre en œuvre le difficile plan d’aide au pays accepté à contrecœur en juillet. Le Premier ministre grec sortant, dirigeant de la gauche Syriza et vainqueur des législatives dimanche en Grèce a annoncé qu’il allait s’allier de nouveau avec le parti souverainiste des Grecs Indépendants (Anel) de Panos Kammenos pour former un gouvernement de coalition.

Maintenant, « s’ouvre la voie du travail et des luttes »

« Dès demain, nous nous retroussons les manches pour travailler dur », a lancé Alexis Tsipras dans un discours devant les sympathisants du Syriza rassemblés sur une place du centre d’Athènes, avant d’être rejoint sur la tribune par Panos Kammenos. Après le dépouillement de la quasi-totalité (99,47 %) des bulletins, Syriza était crédité de 35,47 % des voix contre 28,09 % au parti de droite Nouvelle Démocratie (ND), soit une avance de plus de sept points.

Alexis Tsipras, dirigeant du parti de gauche radicale Syriza avait déclaré sur Twitter qu’après cette victoire, « s’ouvre la voie du travail et des luttes ». « Devant nous s’ouvre la voie du travail et des luttes », a-t-il écrit dans un tweet publié moins d’une heure après que son principal rival Vangelis Meïmarakis, leader de la droite Nouvelle Démocratie, eut reconnu sa défaite.

Une photo qu’il a postée avec son tweet montre une mouette survolant la mer, accompagnée des paroles d’un chant populaire : « Le bateau va apparaître au port.. nos rêves (sont) un oiseau de mer ».

Alexis Tsipras, 41 ans, le plus jeune Premier ministre de l’histoire contemporaine du pays, a su gagner son pari dimanche en remportant haut la main les législatives après son triomphe il y a moins de huit mois, lors des élections de janvier. A l’époque il avait obtenu 36,34 % contre 27,8 % pour la droite.

Des partisans de Syriza célèbrent leur victoire, à Athènes, le 20 septembre 2015. - Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

Parmi les réactions, le président français François Hollande a salué dimanche soir « un succès important pour Syriza et (Alexis) Tsipras » aux élections en Grèce, y voyant aussi un « succès » pour l’Europe et « un message important pour la gauche européenne ».

« C’est un succès important pour Syriza »

« C’est un succès important pour Syriza, pour Tsipras et pour la Grèce qui va connaître une période de stabilité avec une majorité solide et avec des dirigeants, et notamment Alexis Tsipras qui a courageusement défendu ses positions et notamment l’accord conclu au Conseil européen le 13 juillet », a déclaré lors d’une conférence de presse à Tanger (Maroc) François Hollande qui se rendra à Athènes « sans doute dans les prochaines semaines ».

François Hollande a félicité Alexis Tsipras au téléphone dès dimanche soir pour son succès « qui paraît plus large que prévu ». « Il semble qu’il puisse avoir avec l’allié qui était le sien la majorité absolue au Parlement ». « Avec Alexis Tsipras, nous avons convenu de travailler ensemble avec d’autres pour que cette idée de la gauche puisse être promue en Europe », a-t-il ajouté.

De son côté, le président du Parlement européen Martin Schulz a félicité dimanche soir Alexis Tsipras pour la victoire de son parti Syriza en Grèce, estimant qu’un gouvernement grec « solide » était désormais « nécessaire rapidement ». La Commission européenne, elle, ne devait pas réagir officiellement avant lundi, a par ailleurs précisé une porte-parole de la Commission.