Le Pape François, à La Havane, à Cuba, le 20 septembre 2015.
Le Pape François, à La Havane, à Cuba, le 20 septembre 2015. — Ramon Espinosa/AP/SIPA

CATHOS

Le pape François a rencontré Fidel Castro

Le pape François est allé dimanche à la rencontre du peuple cubain à La Havane, avant une rencontre avec Fidel Castro...  

Le pape François est allé dimanche à la rencontre du peuple cubain à La Havane lors d’une grande messe festive et chargée d’émotion, appelant les chrétiens à « servir » les plus fragiles tout en rejetant le « service idéologique ». Sur la place de la Révolution, haut lieu de la révolution cubaine, l’excitation et l’émotion étaient au rendez-vous dimanche matin, pour ce moment le plus important de sa visite de trois jours à Cuba.

Parmi les centaines de milliers de personnes présentes, certains ont raconté à l’AFP avoir passé la nuit sur place pour ne pas manquer l’arrivée du pape argentin et cette messe solennelle, célébrée en musique sous un ciel voilé bienvenu en cet été caribéen.

Une critique voilée au régime communiste

« Le chrétien est toujours invité à laisser de côté ses aspirations, ses envies, ses désirs de toute puissance, en voyant concrètement les plus fragiles. Il y a un «service» qui sert, mais nous devons nous prémunir contre l’autre service, contre la tentation du «service» qui «se» sert », a mis en garde le pape argentin au moment de son homélie. Il a martelé que « le service n’est jamais idéologique mais sert les personnes », dans une critique voilée au régime communiste.

Jorge Bergoglio a aussi rendu hommage à « un peuple qui a le sens de la fête, de l’amitié, de la beauté ». « C’est un peuple qui a des blessures, comme tout peuple, mais qui sait ouvrir les bras, qui marche avec espérance, parce que sa vocation a de la grandeur », a-t-il lancé à la foule qui l’écoutait dans le recueillement.

Rencontre avec Fidel Castro

Après la messe, le pape s'est rendu discrètement au domicile du lider maximo Fidel Castro, avec lequel il s'est entretenu dans «une atmosphère familière et informelle» pendant trente à quarante minutes.

Fidel Castro a offert au souverain pontife son livre d'entretiens avec le théologien de la libération brésilien Frei Betto «Fidel et la religion». La dédicace s'achevait par ces mots: «avec admiration et respect du peuple cubain».

Le chef de la révolution cubaine a évoqué avec son hôte les grandes problématiques mondiales comme l'environnement, thème cher à Fidel Castro.

Dans la soirée de dimanche, après des vêpres dans la cathédrale, François devait échanger avec des jeunes Cubains, une génération en difficulté sur une île en pleine transition économique, et les encourager à résister à la tentation de l'émigration massive.

Cette visite de François est la troisième d’un pape dans une île qui ne compte que quelque 10 % de catholiques pratiquants, même si les baptisés sont plus nombreux.