Japon: Le pays adopte les lois qui permettront à son armée d’intervenir à l’étranger

JAPON La population est majoritairement opposée à cette nouvelle interprétation de la Constitution pacifiste du pays...

Mathias Cena

— 

Un cordon de policiers devant le Parlement japonais à Tokyo, le 18 septembre 2015.
Un cordon de policiers devant le Parlement japonais à Tokyo, le 18 septembre 2015. — KAZUHIRO NOGI / AFP

De notre correspondant à Tokyo,

L’opposition de la majorité des Japonais et les manifestations n’y ont rien fait. Après des semaines de débats houleux, le Parlement nippon a adopté dans la nuit de vendredi à samedi les lois de défense qui étendent les prérogatives de l’armée japonaise, permettant à celle-ci, pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’intervenir hors des frontières du Japon.

« Ces lois sont nécessaires pour protéger les citoyens et leurs vies paisibles, et empêcheront les guerres », a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe après l’adoption définitive des textes par 148 voix contre 90, samedi vers 2h15 du matin, alors que la foule manifestait devant le Parlement. Inflexible durant les semaines de manifestations contre les « lois de guerre », comme elles ont été surnommées par l’opposition, le dirigeant japonais entend continuer à en expliquer la nécessité au public « en toute bonne foi et avec persévérance », a-t-il annoncé.

Des manifestants protestent devant le Parlement japonais contre les lois de défense débattues, le 18 septembre 2015. - Shuji Kajiyama/AP/SIPA

 

Constitution pacifiste

Il sera cependant particulièrement ardu de convaincre une population encore traumatisée par la Seconde Guerre mondiale et les deux bombardements nucléaires d’Hiroshima et Nagasaki. Dans un pays où les manifestations sont rares, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues ces dernières semaines pour marquer leur opposition à ces textes qui élargissent l’interprétation de la Constitution pacifiste du Japon, dont l’article 9 stipule que le pays « renonce à la guerre comme moyen de résoudre les différends internationaux » et que beaucoup considèrent comme la garante de la paix dont jouit le pays depuis 70 ans.

Le Japon entre commémoration de la paix et renforcement de son armée

Les textes approuvés samedi incluent une clause dite d’autodéfense collective, en vertu de laquelle les forces d’autodéfense japonaises, composées de 227.000 hommes, peuvent intervenir pour protéger un allié ou pays ami en difficulté dans un conflit, sans qu’il y ait une menace directe sur le territoire du Japon. Le Premier ministre et les partisans de ce changement estiment qu’il est nécessaire pour que le Japon puisse jouer un rôle international au côté de son allié américain, dont l’Archipel est dépendant pour se protéger des menaces potentielles de ses voisins, la Chine et la Corée du Nord.

Menace terroriste

L’opposition craint cependant que le Japon ne puisse se retrouver, à l’avenir, engagé dans de longues guerres loin de son territoire au côté des Etats-Unis. Certains redoutent également que ce changement n’aggrave la menace terroriste contre le Japon si celui-ci est perçu comme un ennemi par des pays ou organisations en guerre avec les Etats-Unis.

Les dernières tentatives de l’opposition pour empêcher l’adoption des textes, en déposant au cours des dernières heures des motions de défiance et de censure contre Shinzo Abe et des membres de son gouvernement, ayant été bloquées par la majorité parlementaire, les opposants envisagent à présent une procédure judiciaire pour contester la manière dont les textes ont été adoptés. La Cour suprême pourrait également avoir à se prononcer sur la conformité de ces lois, qui selon nombre d’experts sont contraires à la Constitution.