Sept joyaux de la planète couronnés par Internet

©2007 20 minutes

— 

Les sept merveilles du monde seront bientôt quatorze. Plus de 70 millions de personnes ont voté par Internet pour désigner sept nouveaux sites merveilleux. Le résultat sera dévoilé samedi à Lisbonne. Il y a un mois, dix merveilles menaient la course parmi les vingt et une présélectionnées. Ces dernières avaient été choisies en janvier 2006 parmi soixante-dix-sept sites par un jury formé par des architectes prestigieux et l'ancien directeur général de l'Unesco, Federico Mayor Zaragoza.

Restent en tête : l'Acropole à Athènes, l'ancienne cité maya de Chichen Itza au Mexique, le Colisée à Rome, la tour Eiffel à Paris, la Grande Muraille de Chine, les ruines incas du Machu Picchu au Pérou, la cité troglodyte de Petra en Jordanie, les statues de l'île de Pâques, les alignements de Stonehenge en Grande-Bretagne, et le mausolée du Taj Mahal en Inde.

L'idée a été mise sur pied par le globe-trotteur et cinéaste suisse Bernard Weber, après que les talibans eurent détruit les bouddhas géants de Bamiyan en Afghanistan en 2001. « L'idée, c'est de stimuler le dialogue culturel et le respect culturel réciproque », explique Tia Viering, la porte-parole de cette initiative privée. L'initiative n'est pourtant pas du goût de tout le monde. « Il n'y a aucun point de comparaison entre [cette] démarche médiatique et le travail scientifique et éducatif résultant de l'inscription des sites sur la liste du patrimoine mondial », a souligné l'Unesco, qui a opposé une fin de non-recevoir à plusieurs demandes de soutien de Bernard Weber. Les sept « anciennes » merveilles du monde, définies par Philon de Byzance au IIIe siècle avant J.-C., ont toutes disparu. Sauf les pyramides de Gizeh, en Egypte. (Avec AFP)

Sur www.20minutes.fr

Retrouvez notre diaporama