Thaïlande: L'explosion d'une moto piégée tue trois personnes

TERRORISME Quatre autres personnes sont blessées...

C.B. avec AFP

— 

Des membres d'une section d'élite de la police criminelle lors d'une opération à Uthai Thani (centre de la Thailande), le 23 juillet 2015
Des membres d'une section d'élite de la police criminelle lors d'une opération à Uthai Thani (centre de la Thailande), le 23 juillet 2015 — JEROME TAYLOR AFP

Une soirée marquée par les explosions, dont l'une meurtrière. Jeudi soir, sept engins ont explosé dans le sud de la Thaïlande. Six d'entre eux n'ont fait aucune victime, mais le septième, une moto piégée, a tué trois personnes et blessé quatorze autres en explosant devant une épicerie

Les personnes décédées sont un militaire et deux civils. Parmi les blessés, un soldat a eu une jambe amputée. Cette région est secouée depuis dix ans par une insurrection. Plus de 6.100 personnes ont été tuées depuis le début en 2004 de la rébellion séparatiste dans cette région majoritairement musulmane rattachée à la Malaisie jusqu'au début du XXe siècle.

Négociations de paix

Les insurgés musulmans se rebellent contre ce qu'ils vivent comme une discrimination à l'encontre de la population d'ethnie malaise et de religion musulmane dans un pays essentiellement bouddhiste. La majorité des victimes de ce conflit complexe, brutal et localisé, sont des civils, pris entre l'armée thaïlandaise et une nébuleuse de groupes rebelles mal connue.

Des négociations de paix avaient été entamées en 2013 entre des rebelles, qui réclament un certain degré d'autonomie, et les autorités thaïlandaises, sans pour autant faire diminuer les violences.

Pourparlers officiels

Ces discussions ont été largement entravées par la crise politique qui a secoué le royaume pendant des mois, avant le coup d'Etat du général Prayut Chan-O-Cha le 22 mai. Mais la junte a annoncé avoir établi de premiers contacts avec les dirigeants rebelles pour débuter des pourparlers officiels.

Les forces de l'ordre sont souvent pointées du doigt par les ONG de défense des droits de l'Homme pour les méthodes qu'elles utilisent contre la rébellion.