Grande-Bretagne: Jeremy Corbyn chantera désormais l'hymne national, fût-il «God Save the Queen»

POLEMIQUE Si le leader des travaillistes est opposé à la monarchie, il rappelle son caractère profondément républicain...

C.B. avec AFP
— 
Jeremy Corbyn, le nouveau leader du Labour, quitte le siège de son parti à Londres, le 14 septembre 2015
Jeremy Corbyn, le nouveau leader du Labour, quitte le siège de son parti à Londres, le 14 septembre 2015 — Justin Tallis AFP

Un silence qui a beaucoup fait jaser outre-Manche. Mardi, Jeremy Corbyn, le nouveau patron du Labour, n’avait pas chanté l’hymne national « God Save the Queen » lors d’une commémoration de la Deuxième guerre mondiale. Le vétéran radical ne cachant pas ses positions antimonarchiques, la presse s’était immédiatement emparée de l’affaire.

« Quelle insulte ! », titrait le Daily Mail. « Corbyn snobe la reine », abondait le tabloïd The Sun, tandis que le quotidien conservateur The Times véhiculait les critiques d’anciens combattants. Même dans son propre camp, des voix se sont élevées contre ce « crime de lèse-Majesté ».

Il dit avoir pensé à ses parents

Face à cette avalanche de critiques, Jeremy Corbyn a dû assurer mercredi, quelques minutes avant de débattre avec David Cameron lors de la traditionnelle séquence des PMQs (Prime Minister’s Questions, soit questions au Premier ministre), qu’il était un républicain convaincu et qu’il avait montré un « respect silencieux » et pensé à ses « parents » pendant l’hymne.

Son parti s’est ensuite empressé d’ajouter qu’il allait chanter le « God Save the Queen » lors des prochaines cérémonies. Par ailleurs, Jeremy Corbyn a assuré dans une interview à BBC News qu’il ne ferait pas campagne pour que la Grande-Bretagne quitte l’Union européenne lors du référendum prévu en 2017.

« Pour moi, la voie du progrès, c’est de savoir comment nous développons l’idée de l’Europe sociale », a déclaré le nouveau chef du parti travailliste.