VIDEO. Japon: Des parlementaires en viennent aux mains pour défendre l'idéologie pacifiste de leur pays

TENSION Ils protestent contre un projet de loi autorisant les Japonais à partir combattre à l'étranger...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe au Parlement à Tokyo le 24 décembre 2014
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe au Parlement à Tokyo le 24 décembre 2014 — Kazuhiro Nogi AFP

Des politiques qui en viennent aux mains. La scène est exceptionnelle au Japon et elle témoigne de la tension grandissante dans le pays. Si les Japonais perdent leur sang-froid, c’est en raison du projet de loi sur la défense qui doit permettre l’envoi de militaires au combat à l’étranger.

Une possibilité qui n’existe plus depuis la deuxième guerre mondiale. La Constitution empêche en effet les soldats japonais de prendre part à des combats en dehors de l’autodéfense. Si cette règle a été imposée par l’occupant américain, nombre de Japonais y sont attachés et estiment que tout changement remettrait en cause le caractère pacifiste de leur pays et pourrait aussi le précipiter aux côtés des Américains dans des conflits au bout du monde.

Jeudi donc, au parlement japonais, des membres de l’opposition et de la coalition au pouvoir ont encerclé le président d’une commission et se sont bousculés et empoigné vigoureusement.

Des manifestations quotidiennes

Le parlementaire d’opposition Tetsuro Fukuyama a ensuite prononcé un discours enflammé pour expliquer pourquoi son parti avait déposé une motion afin d’empêcher tenter l’adoption du projet de loi. « Le parti au pouvoir écoute-t-il les voix du public ? Vous pouvez faire tout ce que vous voulez parce que vous avez la majorité. Est-ce bien cela que vous pensez ? », a-t-il lancé au bord des larmes.

La tension montait après le report à maintes reprises du vote d’une commission dans la nuit de mercredi à jeudi, au cours de laquelle les parlementaires bloquaient les portes et encombraient les couloirs en signe de protestation.

Treize personnes ont été arrêtées dans la soirée de mercredi, selon les médias japonais « pour entrave à agent de police » pendant une manifestation qui a rassemblé quelque 13.000 personnes devant le Parlement.

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues presque quotidiennement ces dernières semaines, dans un pays où les manifestations sont rares. Selon le Premier ministre Shinzo Abe, le projet de loi est nécessaire face à des menaces grandissantes venant de Chine et de Corée du Nord.