Réfugiés: Comment les Etats-Unis vont-ils accueillir 10.000 Syriens d’ici l’an prochain ?

ZOOM «20 Minutes» vous explique comment ces candidats à l’asile seront choisis et accueillis par les autorités gouvernementales américaines...

B.D. avec AFP

— 

Le camp de réfugiés syriens à Zaatari, le 15 mars 2014 en Jordanie
Le camp de réfugiés syriens à Zaatari, le 15 mars 2014 en Jordanie — Khalil Mazraawi AFP

Alors qu’ils ne seront que quelque 1.800 réfugiés syriens à avoir été acceptés sur le territoire américain depuis 2011 à la fin de l’année budgétaire (qui se termine le 30 septembre), les Etats-Unis se sont engagés à en accueillir au moins 10.000 d’ici le 30 septembre 2016. Comment seront-ils choisis et accueillis ? Eléments de réponse.

Les réfugiés les plus vulnérables

Les quelque quatre millions de Syriens qui ont fui leur pays en guerre depuis 2011 vivent en grande majorité dans des camps au sein des pays frontaliers -Turquie, Liban, Jordanie, Egypte et Irak. Là, ils ont été enregistrés par le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Parmi eux, 18.000 personnes - les plus vulnérables, que ce soit du fait de leur situation familiale, d’une blessure ou d’un handicap - ont été « référées » par le HCR aux autorités américaines pour réinstallation.

Les dossiers passés au crible

Ce sont des ONG employées par le département d’Etat américain qui récupèrent ensuite les dossiers « référés ». Elles passent au crible les demandes et vérifient que les personnes concernées sont bien éligibles au statut de réfugié. Les demandeurs passent ensuite des vérifications d’ordre sécuritaire. Des agents de la sécurité intérieure (Homeland Security) sont envoyés dans les différents camps pour s’entretenir avec les candidats et repérer les « menteurs, criminels ou terroristes ». Chaque dossier est passé au crible par le National Counterterrorism Center (NCTC), le FBI, le département de la sécurité intérieure, le Pentagone et « d’autres agences ». « Les réfugiés sont soumis aux niveaux de sécurité les plus élevés de toutes les catégories de candidats à l’entrée aux Etats-Unis », a indiqué un haut fonctionnaire du département d’Etat à l’AFP.

Vérifications d’ordre médical

Entre temps, les réfugiés sont également soumis à des examens de santé, notamment pour vérifier qu’ils ne sont pas atteints de maladies transmissibles, comme la tuberculose. Le cas échéant, ils reçoivent un traitement avant de pouvoir voyager vers les Etats-Unis, ce qui peut retarder la procédure. Celle-ci prend de 18 à 24 mois entre le moment où le HCR recommande un réfugié et sa réinstallation effective aux Etats-Unis. « Au département d’Etat, les cas de plus de 10 000 personnes sont déjà en cours d’examen », a indiqué une cadre du ministère à l’AFP.

30 à 90 jours pour se réinstaller

Le réfugié syrien dont la demande d’asile a été acceptée par les Etats-Unis voyage vers son pays d’accueil grâce à une avance faite par le département d’Etat américain à l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM). Il s’engage par écrit à rembourser son billet d’avion une fois établi. Il est accueilli à l’aéroport par l’une des 9 agences de réinstallation non-gouvernementale qui travaillent avec le département d’Etat.

Il est ensuite conduit dans l’un des 180 centres de réinstallations à travers les Etats-Unis (Atlanta, San Diego, Dallas, Boise en Idaho, Erie en Pennsylvanie,…). S’il a des parents vivant aux Etats-Unis, il pourra rejoindre un centre proche d’eux. Des ONG les aident alors à trouver un travail et un logement dans les 30 à 90 jours suivant leur arrivée. Ils sont cependant libres de déménager une fois établis. Après 90 jours, ils ne reçoivent plus de soutien financier de la part du département d’Etat, mais certains peuvent prétendre aux programmes mis en place par le ministère de la Santé.