Royaume-Uni: Corbyn ne chante pas «God save the Queen» et ça fait du bruit

POLITIQUE Le nouveau leader du parti Travailliste est favorable à l’abolition de la monarchie...

B.D.

— 

Le chef du parti Travailliste britannique, Jeremy Corbyn (D), reste muet lors de l'hymne national lors d'une cérémonie de la Royal Air Force pour le 75e anniversaire de la Bataille d’Angleterre à la cathédrale St Paul de Londres, le 15 septembre 2015.
Le chef du parti Travailliste britannique, Jeremy Corbyn (D), reste muet lors de l'hymne national lors d'une cérémonie de la Royal Air Force pour le 75e anniversaire de la Bataille d’Angleterre à la cathédrale St Paul de Londres, le 15 septembre 2015. — Jonathan Brady/AP/SIPA

Il aura tenu trois jours. A peine élu à la tête du parti Travailliste britannique, Jeremy Corbyn soulève déjà sa première controverse : mardi soir, alors qu’il assistait à une cérémonie de la Royal Air Force pour le 75e anniversaire de la Bataille d’Angleterre à la cathédrale St-Paul de Londres, le chef du Labour n’a pas chanté l’hymne national God save the Queen. Un manque de respect selon ses adversaires politiques ainsi que la presse britannique ce mercredi matin.

>> A LIRE. Le camarade Corbyn peut-il gauchiser le Royaume-Uni?

 

La charge est d’abord venue du parlementaire conservateur, Nicholas Soames, qui a jugé que ne pas chanter l’hymne était « très impoli et très irrespectueux ». « C’était quelque chose d’extrêmement irrespectueux, et je pense qu’il doit réfléchir et se comporter en adulte », a ajouté le petit-fils de Winston Churchill. Nigel Farage, le leader du parti populiste UKIP, qui participait à la cérémonie, a pour sa part martelé que Jeremy Corbyn est « un républicain radical, une personne que très peu d’électeurs travaillistes vont soutenir ».

Des critiques jusque dans son camp

En effet, Jeremy Corbyn a par le passé appelé à l’abolition de la monarchie, même s’il a accepté, après sa victoire samedi, de devenir membre du Conseil Privé de la reine. Un autre parlementaire conservateur, Andrew Rosindell, a proposé d’apprendre les paroles de God save the Queen à Jeremy Corbyn. « C’est un homme de principes, qu’il tient fermement, et je le respecte pour cela. Cependant, j’espère qu’en tant que leader de l’opposition de Sa Majesté, il va comprendre que le peuple britannique est à une écrasante majorité favorable à la monarchie et à notre Constitution. »

Les critiques sont même venues de son propre camp, la parlementaire travailliste Kate Green jugeant qu’il « aurait été approprié et respectueux des sentiments des gens » de chanter l’hymne. Owen Smith a quant à lui confié qu’il aurait conseillé à Jeremy Corbyn de chanter l’hymne « quel que soit son point de vue » sur la monarchie, mais a ajouté que l’affaire avait été montée en épingle, et qu’il s’agissait d’un petit problème en comparaison de la crise des réfugiés ou du débat sur le futur de l’Etat providence.

« Un vrai patriote »

Le leader travailliste a cependant reçu le soutien d’autres personnalités du Parti travailliste : Seema Malhotra a jugé que son nouveau chef était « absolument loyal aux intérêts de la Grande-Bretagne », et Lord Falconer, s’est dit « absolument sûr que Jeremy Corbyn est un vrai patriote ». Son porte-parole a pour sa part souligné que le chef du Labour « s’est levé et s’est tenu droit dans un silence respectueux », soulignant qu’il avait participé à la cérémonie « pour montrer son respect à ceux qui combattent pour l’Angleterre ».

Avant la cérémonie, Jeremy Corbyn, avait souligné que sa mère avait servi pendant la Seconde guerre mondiale dans l’Air Raid précautions (organisation vouée à la protection des civils contre les raids aériens), et son père en tant que « Home Guard ». « Comme toute cette génération, ils ont montré un courage et une détermination prodigieux pour vaincre le fascisme. Nous sommes tous redevables à la RAF et à son héroïsme dans la Bataille d’Angleterre », avait souligné Jeremy Corbyn.