Réfugiés: Le milliardaire égyptien négocie finalement l'achat de deux «îles d'accueil»

SOLIDARITE Naguib Sawiris a annoncé qu'une des île porterait le nom d'Aylan, dont la photo du corps gisant sur une plage de sable en Turquie avait ému le monde entier...

20 Minutes avec agences
— 
Réfugiés et migrants arrivent à bord d'un canot pneumatique le 9 septembre 2015 à Lesbos
Réfugiés et migrants arrivent à bord d'un canot pneumatique le 9 septembre 2015 à Lesbos — ANGELOS TZORTZINIS AFP

 Pas une mais deux « îles d’accueil ». Le milliardaire Naguib Sawiris serait effectivement en train de négocier l’achat de deux îles en Grèce pour y installer des milliers de réfugiés fuyant la Syrie et d’autres zones de conflit.
« J’ai identifié deux îles en Grèce (…) et je suis actuellement en contact avec leurs propriétaires. Nous sommes prêts à négocier avec ces derniers à condition que le gouvernement grec donne son accord pour accueillir le plus grand nombre de réfugiés possible. Nous attendons le feu vert de la Grèce pour lancer les démarches administratives en vue de l’arrivée des réfugiés », a annoncé le richissime homme d’affaires égyptien, ce lundi, sur Twitter.
 After massive interest to contribute through donations & volunteering I’m sharing latest updates #aylanISLAND project. pic.twitter.com/FNNkbWinSA
— Naguib Sawiris (@NaguibSawiris) September 14, 2015
 
« Je leur fournirai des emplois grâce à la construction de leur "nouveau pays" »
 

 Pour rappel, Naguib Sawiris avait proposé début septembre à la Grèce et à l’Italie de leur acheter une de leurs îles avec l’objectif d’y accueillir des migrants. « Je leur fournirai des emplois grâce à la construction de leur "nouveau pays" », avait-il même indiqué sur son compte Twitter.
 Greece or Italy sell me an island, ill call its independence and host the migrants and provide jobs for them building their new country
— Naguib Sawiris (@NaguibSawiris) September 1, 2015
 
Le milliardaire doit, dit-il, encore s’entretenir avec des représentants du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés « pour discuter des moyens de coopération possibles ». Détail poignant, l’une de ces deux « îles-acceuil » devrait porter le nom d’Aylan, en référence au petit garçon syrien noyé en mer et dont le corps gisant sur une plage de sable en Turquie avait ému le monde entier.