Migrants: Des milliers d’Européens dans la rue pour appeler à plus de générosité envers les réfugiés

MONDE De Londres à Copenhague, des dizaines de milliers d'Européens se sont mobilisés ce samedi  avant  la réunion d’urgence organisée lundi à Bruxelles…

C.P. avec AFP

— 

Manifestation en faveur de l'accueil de réfugiés syriens à Londres le 12 septembre 2015.
Manifestation en faveur de l'accueil de réfugiés syriens à Londres le 12 septembre 2015. — Tolga Akmen/LNP/REX Shu/SIPA

Plus vite, plus fort. Ce samedi, des milliers d’Européens sont déscendus dans la rue pour réclamer plus de générosité de la part de leur pays à l’égard des réfugiés qui affluent dans l’UE.

Cortèges à Londres et Copenhague

A Londres, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté pour réclamer au gouvernement conservateur de David Cameron une politique encore plus généreuse, après l’annonce jugée insuffisante de l’accueil de 20.000 réfugiés syriens supplémentaires sur cinq ans.


Le « premier geste » du tout nouveau leader du parti travailliste Jeremy Corbyn, élu dans la matinée, a été de se joindre à la manifestation, au son des tambours, après avoir appelé le gouvernement à plus de « compassion ».

Au Danemark, 30.000 personnes ont défilé à Copenhague, et quelques centaines dans d’autres villes d’un pays qui s’est engagé dans un durcissement de sa législation sur l’immigration. Cette semaine, le pays a momentanément bloqué son trafic ferroviaire pour empêcher le passage des migrants venus d’Allemagne.

Contribution française renforcée

En France, où des milliers de personnes avaient manifesté la semaine précédente à Paris pour appeler à une mobilisation, les rassemblements étaient moins importants: quelque 700 personnes ont manifesté à Nice leur soutien aux réfugiés samedi, davantage qu'à Paris et Lyon où des rassemblements similaires ont réuni entre 100 et 250 manifestants.

Le gouvernement, qui s’est engagé à accueillir 24.000 réfugiés d’ici l’an prochain, a annoncé la création de nouvelles places d’hébergement, dont le nombre exact sera dévoilé mercredi par le Premier ministre Manuel Valls.

Paris a aussi annoncé un renforcement de la « contribution » française aux organismes des Nations unies qui s’occupent des millions de réfugiés dans les pays voisins de la Syrie.

L’Europe coupée en deux

En Allemagne, devenue championne de l’accueil des réfugiés avec 450.000 nouveaux entrants enregistrés depuis le début de l’année, une manifestation à la bougie était attendue en soirée à Berlin.

A Berlin, la bonne volonté des travailleurs sociaux dans un foyer vétuste de réfugiés

Sur la seule journée de samedi « au moins 10.000 » réfugiés étaient attendus à la gare de Munich, selon les autorités régionales.

A l’avant-veille d’un conseil extraordinaire des ministres de l’Intérieur de l’UE sur la crise migratoire, qui tentera de résorber les divisions béantes entre les pays de l’Union, les quatre pays du groupe de « Visegrad » (République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, et Pologne) continuent eux à clamer leur opposition aux quotas de migrants défendus par l’UE.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, chef de file de la ligne dure contre les migrants, s’est prononcé en faveur d’un plan d’aide européen de 3 milliards d’euros aux pays voisins de la Syrie, Turquie, Liban, Jordanie, qui hébergent à eux seuls quatre millions de réfugiés, pour tenter de résoudre la crise.

Hongrie : « Depuis la construction du mur de barbelés, la situation s’est apaisée ici »

La Hongrie, qui a recensé plus de 180.000 migrants passant ses frontières, espère bloquer le passage des réfugiés dès le 15 septembre, grâce à une double clôture de fils de fer barbelés à la frontière serbe.

Ce samedi dans les rues de Varsovie plusieurs milliers de Polonais ont défilé pour soutenir cette position anti-migrants.