Drapeau palestinien à l'ONU: Le Premier ministre palestinien se félicite du vote, «un pas vers le statut de membre»

PROCHE-ORIENT S'adressant à la presse, en compagnie de son homologue français Manuel Valls, à l'issue du premier «séminaire gouvernemental franco-palestinien», Rami Hamdallah a rappelé que les Palestiniens espéraient «une reconnaissance par la France d'un Etat palestinien»...

B.D. avec AFP
— 
Le Premier ministre français, Manuel Valls, et son homologue palestinien, Rami Hamdallah, avant le premier «séminaire gouvernemental franco-palestinien», le 10 septembre 2015 à Matignon, à Paris.
Le Premier ministre français, Manuel Valls, et son homologue palestinien, Rami Hamdallah, avant le premier «séminaire gouvernemental franco-palestinien», le 10 septembre 2015 à Matignon, à Paris. — AFP PHOTO/LIONEL BONAVENTURE

L'autorisation donnée à la Palestine de faire flotter son drapeau au siège de l'ONU, qui va être votée jeudi à New York, est «un pas sur le chemin menant la Palestine au statut de membre à part entière des Nations Unies», a estimé ce jeudi à Paris le Premier ministre palestinien.

S'adressant à la presse, en compagnie de son homologue français Manuel Valls, à l'issue du premier «séminaire gouvernemental franco-palestinien», Rami Hamdallah s'est félicité de ce vote, auquel la France doit prendre part, et a rappelé que les Palestiniens espéraient «une reconnaissance par la France d'un Etat palestinien».

Adoption certaine

Evoquant une éventuelle reprise des négociations de paix avec Israël, Rami Hamdallah a déclaré : «Nous ne voulons pas négocier pour négocier. S'il y a des négociations, nous voulons qu'elles comportent un cadre». «Et avant tout», a-t-il ajouté, «la colonisation doit s'arrêter. Tous les accords que nous avons signés avec Israël prévoyaient la fin de la colonisation, mais en fait elle s'étend de plus en plus, et va finir par tuer la possibilité d'une solution avec deux Etats».

Une résolution autorisant la Palestine, «Etat observateur non membre de l'ONU», à ajouter son drapeau à tous ceux des pays membres qui flottent devant l'entrée du siège des Nations Unies à New York va être soumise vendredi à 15h locales (21h à Paris) à l'Assemblée générale, et son adoption est certaine, estiment des diplomates. Quand la Palestine est devenue un «Etat observateur non membre» de l'ONU le 29 novembre 2012, ce vote historique a été acquis par 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions parmi les 193 pays membres de l'Assemblée.

Les Palestiniens travaillent depuis plusieurs semaines à réunir «le plus de votes possibles», a souligné leur représentant à l'ONU, Riyad Mansour. Il s'agit «d'une mesure symbolique», reconnaît-il. Mais elle va «renforcer les fondations de l'Etat palestinien» et elle offrira aux Palestiniens une «lueur d'espoir» au moment où le processus de paix avec Israël est dans une impasse totale. L'ambassadeur israélien à l'ONU, Ron Prosor, a quant à lui accusé les Palestiniens de «manipuler le système» et de nuire, par leurs efforts pour faire flotter leur drapeau, «à la crédibilité de l'organisation».