VIDEO. Crise des migrants: A Berlin, le casse-tête des hébergements pour les réfugiés

HUMANITAIRE De l’ancienne caserne aux tentes en passant par des gymnases, des dizaines de milliers de réfugiés sont logés dans des centres d’urgence…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Des réfugiés attendent d'être examinés par des médecins à proximité de la gare de Schoeneberg, près de Berlin, le 10 septembre 2015.
Des réfugiés attendent d'être examinés par des médecins à proximité de la gare de Schoeneberg, près de Berlin, le 10 septembre 2015. — AFP

De notre envoyée spéciale à Berlin,

Environ 450.000 migrants sont arrivés en Allemagne depuis le début de l’année, a annoncé le vice-chancelier allemand ce jeudi. C’est un peu plus de la moitié que ce que le pays attend d’ici à la fin 2015. Dans la capitale, Berlin, où arrivent environ 1.000 personnes par jour, trouver des hébergements est une priorité. Anciens bureaux, tentes à l’air libre, équipements sportifs, tous les lieux sont envisagés.

Les 540 migrants arrivés ce jeudi matin par le train de 8h30 vont rejoindre un nouveau centre installé dans deux équipements sportifs du parc olympique de Berlin, sur la Glockenturmstraße, à l’ouest de la ville. Jusqu’à récemment, ce type de structure aux grandes capacités d'acceuil n’étaient pas prisés, à cause de leurs conditions de vie rudimentaires. Mais nécessité fait loi. Et dans le gymnase de l’arrondissement de Neukölln, au sud de la ville, plus de 150 personnes sont hébergées depuis mardi midi.

Des structures en dur prisées

Des bureaux, tels que l’ancien immeuble de bureaux de la Deutsche Telekom dans le quartier de Karlshorst, ou encore une ancienne caserne, la Schmidt-Knobelsdorf, ont été reconvertis pour accueillir plusieurs centaines de migrants. Des structures légères ont également été construites. Un grand hall gonflable a été installé dans le quartier central de Mitte. Sous ses airs d’équipement sportif, la structure est composée d’espaces de vie et de nuit, avec des délimitations légères pour des chambres remplies de lits superposés.

A l’ouest de la capitale, dans le quartier de Spandau, l’Office fédéral des migrations et des réfugiés a installé plusieurs dizaines de grandes tentes blanches accueillant environ 600 personnes. Les tentes ont été installées sur une place, au milieu du quartier résidentiel.

Pénurie et solutions d’urgence

Des coupons pour dormir dans des hôtels sont également donnés aux réfugiés. Mais ces structures n’arrivent pas à absorber l’afflux et certains migrants dorment dehors. C’est pour leur éviter la rue que l’association d’extrême gauche socialcenter4all s’est lancée dans l’occupation, dans le quartier du Tiergarten, d’un ancien bâtiment de l’université technique. Le lieu, récemment squatté, est à deux pas du siège de Mercedes.

Les autorités envisagent enfin de loger des migrants dans une ancienne prison, une ancienne banque, le vélodrome ou encore un hangar d’aéroport. La question de l’hébergement des réfugiés est à ce point brûlante que la chancelière allemande Angela Merkel a visité ce jeudi à Berlin, dans le quartier de Spandau, un bâtiment géré par l’Office fédéral des migrations et des réfugiés. Elle y a été bien accueillie. D’ici à la fin de l’année, Berlin va accueillir 40.000 migrants.