ONU: La mortalité infantile divisée par deux en 25 ans dans le monde

MONDE La mortalité infantile mondiale est passée de 12,7 millions en 1990 à 5,9 millions en 2015, selon l'ONU...

20 Minutes avec AFP

— 

Des enfants devant un corps recouvert à Kinama, au Burundi. 22/07/15
Des enfants devant un corps recouvert à Kinama, au Burundi. 22/07/15 — CARL DE SOUZA / AFP

La mortalité infantile dans le monde a été divisée par deux en un quart de siècle. Pourtant, seuls 62 pays sur 195 ont atteint les objectifs fixés par les Nations Unies dans ce domaine, selon des chiffres de l’ONU diffusés mercredi.

« La mortalité globale des enfants de moins de cinq ans a été réduite de 53 % ces 25 dernières années » mais pour de nombreux pays la cible fixée dans le cadre des objectifs du millénaire (OMD) n’a pas été atteint, selon cette étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet.

De 12,7 à 5,9 millions

La mortalité infantile mondiale est passée de 12,7 millions en 1990 à 5,9 millions en 2015 (estimation), d’après une étude statistique réalisée par des membres de l’ONU et de ses agences, Organisation mondiale de la santé (OMS) et Unicef.

« Des progrès remarquables ont été réalisés au niveau mondial pour améliorer la survie des enfants ces 25 dernières années » commentent les auteurs de ce travail coordonné par Danzhen You de l’Unicef.

Ceux-ci relèvent une tendance « encourageante » ces dernières années dans l’est et le sud du continent africain et notent que si la mortalité infantile était restée au niveau de l’année 2000, 48 millions d’enfants supplémentaires seraient morts ces 15 dernières années.

Dans 45 % des cas, la mort intervient dans les 28 premiers jours

« Nous devons reconnaître que des progrès énormes ont été accomplis globalement, spécialement depuis 2000 », reconnaît la directrice générale adjointe de l’Unicef, Geeta Rao Gupta. « Mais encore trop d’enfants continuent de mourir de causes qu’on pourrait éviter, avant leur cinquième année », ajoute la responsable dans un communiqué de l’ONU.

Quelque 16.000 enfants de moins de cinq ans meurent encore chaque jour. Dans près de la moitié des cas (45 %) la mort intervient dans les 28 premiers jours de vie. La prématurité, les complications de l’accouchement, les diarrhées, septicémies et le paludisme sont les principales causes directes de décès pour les enfants de moins de cinq ans.

Afrique subsaharienne et en Asie du sud-est

Toutefois de manière globale « près de la moitié des décès est associée à la malnutrition », en affaiblissant la résistance des enfants aux maladies, souligne l’ONU. Nombre de ces décès pourraient être évités si les efforts se concentraient sur des régions clés en Afrique subsaharienne et en Asie du sud-est où les taux de mortalité infantile sont les plus élevés.

Au total 236,3 millions d’enfants de moins de cinq ans sont morts ces 25 dernières années, selon le rapport qui souligne que les chances de survie d’un enfant varient énormément d’une région à l’autre du globe. L’Afrique subsaharienne affiche les taux de mortalité infantile les plus élevés au monde : un enfant sur 12 y meurt avant ses cinq ans. Toutefois depuis le début du siècle, le taux de mortalité infantile y a nettement diminué, relève l’ONU.