Des milliers de réfugiés chaleureusement accueillis en Allemagne ce week-end

MONDE Des volontaires brandissaient des pancartes pour leur souhaiter la bienvenue, ainsi que des bouteilles d’eau et de la nourriture…

20 Minutes avec AFP

— 

Un réfugié venu d'Afghanistan accueilli par un baiser et brandissant une bannière «Merci, l'Allemagne» à son arrivée à Dortmund, en train, le dimanche 6 septembre 2015.
Un réfugié venu d'Afghanistan accueilli par un baiser et brandissant une bannière «Merci, l'Allemagne» à son arrivée à Dortmund, en train, le dimanche 6 septembre 2015. — Martin Meissner/AP/SIPA

Inédit. Un millier de nouveaux migrants en provenance de Hongrie via l’Autriche sont arrivés ce dimanche matin en Allemagne, qui avait réservé un accueil chaleureux samedi à des milliers d’entre eux, des volontaires brandissant des pancartes leur souhaitant la bienvenue.

Ballons, nourriture et bouteilles d’eau

Les volontaires se sont mobilisés d’une manière sans précédent face à l’afflux de réfugiés dans le pays le plus peuplé d’Europe, qui s’attend à accueillir cette année le nombre record de 800.000 demandeurs d’asile fuyant la guerre et la pauvreté.

Pour la seule journée de samedi, quelque 8.000 migrants sont entrés en Allemagne, a indiqué la police fédérale. Les familles de réfugiés portant leurs enfants et quelques maigres possessions souriaient, accueillies par des ballons, des vivats, de la nourriture et des bouteilles d’eau à leur arrivée à Munich, Francfort et d’autres gares.

« Les gens nous traitent comme des êtres humains »

« Les gens nous traitent ici tellement bien, ils nous traitent comme des êtres humains, ce n’est pas comme en Syrie », déclare, les larmes aux yeux, Mohammad, un réfugié de 32 ans de la ville dévastée de Qusayr.

La gare de Munich, où étaient arrivés 6.800 migrants samedi, en a accueilli 1.200 autres dimanche matin. A leur descente de train, la police les dirigeait vers des cars en attente qui les conduisaient vers des centres de premier accueil, installés dans des bâtiments publics, des hôtels et des casernes. Des dizaines de personnes, attendant derrière les barrières, sifflaient, applaudissaient et filmaient les nouveaux arrivants avec leurs smartphones.

Bien que l’Allemagne ait connu une série de rassemblements et d’attaques xénophobes, l’arrivée des migrants a donné lieu à une mobilisation sans précédent de la part d’une partie de la population estimant qu’il était de son devoir d’aider ces étrangers en raison du sombre passé de leur pays et de sa richesse actuelle.

« Les réfugiés sont les bienvenus ici »

A la gare de Francfort, de la nourriture, de l’eau et des vêtements s’empilaient dans l’attente des nouveaux arrivants, alors que des centaines de personnes s’étaient massées sur les quais samedi soir pour les accueillir.

Quand les portières des trains se sont ouvertes, la foule a répété en anglais, parmi les vivats et les sifflements : « Disons-le haut et fort, les réfugiés sont les bienvenus ici ». « Un accueil chaleureux », proclamait une pancarte en arabe brandie par Moustapha, un Egyptien vivant à Francfort.

Lara Sabbagh, une volontaire pour l’ONG Kleeblatt, qui faisait office de traductrice pour les réfugiés syriens, a demandé aux personnes massées à la gare de cesser de prendre des photos des arrivants : « Ils ont peur. Ils viennent de fuir leur pays et son régime et ne veulent pas être pris en photo ».

Certains réfugiés sont déconcertés par l’accueil qui leur est réservé, dit-elle. « Ils m’ont demandé :’Qui sont ces gens ici ? Que nous veulent-ils ?’ Ils n’ont pas compris qu’ils venaient les accueillir ».

Proposition pour « relocaliser » 120.000 réfugiés supplémentaires

L’Allemagne et l’Autriche avaient donné leur accord vendredi pour accueillir les milliers de migrants bloqués depuis plusieurs jours dans des conditions éprouvantes en Hongrie. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, doit présenter la semaine prochaine à Strasbourg une nouvelle proposition pour « relocaliser » dans toute l’Europe 120.000 réfugiés supplémentaires, actuellement en Italie, en Grèce et en Hongrie.

Selon le journal allemand Welt am Sonntag, l’Allemagne devrait en accueillir 31.000, suivie par la France (24.000) et l’Espagne (près de 15.000).

Mots-clés :