Migrants: Un bébé réfugié meurt à son arrivée en Grèce

MIGRANTS Revivez sur «20 Minutes» tous les événements de ce samedi 5 septembre...

F.F.
— 
Des migrants arrivent dans le village autrichien de Nickelsdorf, après avoir fait la route depuis la Hongrie, le 5 septembre 2015.
Des migrants arrivent dans le village autrichien de Nickelsdorf, après avoir fait la route depuis la Hongrie, le 5 septembre 2015. — JOE KLAMAR / AFP

22h00: C'est la fin de ce live consacré à la crise des migrants. Merci de l'avoir suivi.

21h00: Un bébé réfugié meurt à son arrivée en Grèce

Un nourrisson dont la famille de réfugiés venait d'arriver sur l'île d'Agathonissi est décédé samedi, tandis que police et déplacés se sont affrontés dans la soirée sur le port de Lesbos, en Égée orientale, ont indiqué des sources policières.

Le bébé âgé de deux mois est mort quelques heures après son arrivée sur l'île en provenance des côtes turques proches, après y avoir été admis dans le dispensaire local, ne disposant que de peu de moyens, a précisé à la chaîne de télévision publique Ert le maire, Evangelos Kottoros. Les autorités n'ont communiqué aucun détail sur son identité ou les causes de son décès.

19h30: Lagarde fustige les politiques qui craignent un «appel d'air»

Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, a fustigé samedi les politiques qui disent craindre un «appel d'air» de réfugiés alors que ceux-ci «veulent sauver leur peau», lors d'un discours prononcé lors du congrès du Parti radical à Aix-en-Provence.

Evoquant les gens qui se font «massacrer» en Syrie et «un député LR qui disait qu'il fallait éviter »les appels d'air«, M. Lagarde a lancé: »Mais vous croyiez vraiment que c'est notre système social qui attirent les Chrétiens, les yazidis, les non croyants syriens et irakiens à fuir et à sauver leur peau!". «Non, ils ne cherchent pas à améliorer leur vie, ils cherchent à sauver leur peau», a-t-il martelé devant quelque 600 militants du parti radical. «Devions-nous entre 1933 et 1939 fermer les frontières aux juifs allemands?» a-t-il ajouté.

19h00: Sarkozy a «eu honte» en entendant Marine Le Pen parler des migrants

«J'ai eu honte en entendant Mme Le Pen, son inhumanité, son absence totale du moindre sentiment, cette brutalité», a déclaré l'ancien président devant l'université d'été des Républicains des Pays de la Loire. «On peut penser ce qu'on veut sur l'immigration, mais on ne peut pas oublier qu'il s'agit d'être humains, personne ne peut l'oublier, et je ne serai pas le président d'une famille politique qui oubliera ça», a-t-il poursuivi.

«Peu importe leur couleur de peau, peu importe la langue qu'ils parlent, peu importe d'où ils viennent (...) Ces enfants qui auraient pu être les nôtres, ces femmes, ces jeunes, ces personnes sont nos frères dans l'espèce humaine», a-t-il ajouté. «Que signifie avoir des racines chrétiennes si comme Mme Le Pen on parle des gens morts sur une plage ou en Méditerranée comme si on parlait de gens qui vous étaient extérieurs», a demandé Nicolas Sarkozy.

18h30: Le FC Porto demande à Platini s'il peut donner un euro par billet

Après le Bayern Munich jeudi puis le Real Madrid vendredi - qui ont chacun donné 1 million d’euros pour les migrants- c’est le FC Porto qui a décidé de faire un geste. Et qui réclame même que les 31 autres équipes de la Ligue des champions.

18h00: Sarkozy pour des «centres de rétention» en Afrique du Nord, Serbie ou Bulgarie

Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour la mise en place de «centres de rétention» en Afrique du Nord, en Serbie ou en Bulgarie, ce qui permettrait d'accorder ou non le statut de réfugié politique aux migrants «avant qu'ils ne traversent la Méditerranée». Nicolas Sarkozy, qui clôturait l'université d'été des Républicains des Pays de la Loire, a également réaffirmé la nécessité d'un «Schengen II», dont «la condition préalable» serait que tous ses États membres aient «la même politique migratoire». «Je ne crois pas à une réforme de Schengen. Il faut refonder Schengen et l'Europe», a dit le président des Républicains.

17h30: Manifestation en cours à Paris

Le rassemblement en solidarité avec les migrants à l'appel d'un collectif de citoyens actif baptisé «Pas en notre nom» réunit en ce moment à Paris, place de la République, plusieurs milliers de personnes selon un journaliste du Monde et de l'AFP

 

«Ouvrez les frontières!», «Droit d'asile pour toute personne persécutée» ou encore «L'accueil pour moi c'est oui», pouvait-on lire sur des pancartes arborées par les manifestants, de tous âges et parfois venus en famille. D'autres brandissaient la photo du petit Aylan Kurdi, un Syrien de trois ans retrouvé mort sur une plage de Turquie, une image qui a fait la une de nombreux quotidiens à travers le monde, suscitant une grande émotion. «J'en ai marre que les gens aient peur», a témoigné une participante, Véronique Wattiaux, 60 ans. «La société c'est un brassage permanent. Je veux représenter ceux qui sont pour l'accueil.»

17h00:  Un coût de 10 milliards d'euros pour l'Allemagne en 2015?

L'accueil d'un nombre record de demandeurs d'asile devrait coûter à l'Allemagne quelque 10 milliards d'euros cette année, soit quatre fois plus que l'an dernier, calcule le quotidien conservateur  Frankfurter Allgemeine Zeitung dans son édition à paraître dimanche. La hausse de budget estimée par la FAZ est proportionnelle à celle du nombre de migrants enregistrés sur le sol allemand: 800.000 hommes, femmes et enfants devraient demander l'asile en 2015, contre 203.000 l'an dernier, avait annoncé Berlin cet été.

Avant que le gouvernement allemand ne relève ses prévisions, il avait prévu lors d'un sommet sur les réfugiés tenu en juillet un budget de 5,6 milliards d'euros cette année pour l'accueil de 450.000 personnes, rappelle le quotidien conservateur.  L'Etat évalue à 12.000 à 13.000 euros par personne le coût annuel de la prise en charge des réfugiés par les communes, intégrant l'hébergement pendant l'examen de la demande d'asile, les repas, le suivi médical et les 143 euros mensuels d'argent de poche.

15h29 : La Hongrie n’affrète plus de bus pour les migrants

Le chef de la police hongroise a déclaré que la Hongrie n’affréterait plus de bus pour transférer les migrants à la frontière avec l’Autriche, soulignant que le transport de milliers de migrants effectué dans la nuit et samedi matin, serait une « initiative unique ».

« La mise en disposition de bus vers l’Autriche était une initiative unique, et il n’y aura plus de véhicules pour transporter les réfugiés marchant sur la route » vers Vienne, a déclaré Karoly Papp lors d’une conférence de presse, cité par l’agence officielle de presse MTI.

15h05: Le Real Madrid va donner de l'argent pour les réfugiés

Le Real Madrid va «donner un million d'euros pour les réfugiés accueillis en Espagne» et mettre à leur disposition des locaux, a annoncé le club samedi. Lire par ici

14h59 : Marine Le Pen imagine des « zones humanitaires » pour les migrants dans leur pays

La présidente du Front national a imaginé samedi à l’université d’été du FN à Marseille l’organisation pour les migrants de « zones humanitaires » dans leur pays où ils « seraient en sécurité », après y avoir été ramenés. Que faites-vous pour les migrants qui arrivent sur les plages ? « Il faut les ramener dans leur pays, quitte à organiser des zones humanitaires où ils sont en sécurité », a-t-elle estimé, lors d’une rencontre avec les journalistes. Interrogée sur la photo qui a fait le tour du monde d’un enfant migrant mort noyé, échoué sur une plage de Turquie, elle a évoqué de la « colère à l’égard de nos dirigeants ». « C’est leur politique qui est responsable de ces morts. Chacun peut exprimer de la compassion, mais il faut régler le problème. » Elle a dénoncé une « utilisation de ce drame de manière politicienne pour disqualifier la proposition qui consiste à dire "Il ne faut pas accepter de clandestins sur notre territoire." C’est presque ignoble. »

13h18 : Des migrants arrivent par centaines dans le sud de l’Allemagne

Des centaines de migrants venus de Hongrie via l’Autriche arrivent ce samedi matin à la gare de Munich, dans le sud de l’Allemagne, qui attendait encore une douzaine de trains dans l’après-midi, selon la police fédérale.

Près de 400 personnes ont rejoint la capitale bavaroise dans la matinée par plusieurs trains, avant « un train spécial parti d’Autriche avec 400 à 500 personnes à son bord » attendu en début d’après-midi, puis une série de trains réguliers, a précisé un porte-parole de la police interrogé à Munich. 

12h36: Au moins 500 migrants entament une nouvelle marche depuis Budapest

12h16: Une photographe iranienne fait un don aux réfugiés syrien

La photographe iranienne Newsha Tavakolian, lauréate du prestigieux prix de la fondation néerlandaise Prince Claus, a décidé de verser une partie de sa récompense pour aider les réfugiés syriens et irakiens, a-t-elle annoncé samedi. «J'ai décidé de faire une donation de 15.000 euros à des organisations qui soutiennent les réfugiés syriens et irakiens», a-t-elle écrit sur sa page Facebook. 

«J'ai travaillé dans les deux pays et je veux remercier les Irakiens et les Syriens pour la gentillesse avec laquelle ils m'ont toujours accueillie», a ajouté celle qui a notamment fait, cette année, des reportages sur les combattantes kurdes qui luttent contre les djihadistes de Daesh.

12h11: D'après la police, «5.000 à 7.000» migrants sont attendus en Allemagne

L'Allemagne s'attend à accueillir «5.000 à 7.000» migrants venus de Hongrie via l'Autriche, principalement par le train mais aussi par la route, a annoncé la police fédérale.

Les premiers trains partis d'Autriche, avec des centaines d'hommes, femmes et d'enfants à bord, devraient arriver à la mi-journée en Bavière (sud), tandis que d'autres atteindront par la suite Francfort (ouest), selon la même source.

12h09 : Pour Eric Ciotti, « c’est la fermeté qui sauvera des vies »

Le député (Les Républicains) Eric Ciotti appelle l’Europe à « couper les routes migratoires », jugeant que « c’est la fermeté qui sauvera des vies et la fausse générosité qui fera des victimes ». « Il n’y a pas ceux qui ont du cœur et les autres », déclare le parlementaire dans un un entretien paru samedi dans Nice-Matin. « Aujourd’hui, un migrant qui arrive en Europe sait qu’il va y rester. Faute de fermeté, on va voir les flux augmenter et les drames se multiplier », ajoute-t-il, en pointant les chiffres « terrifiants » de 500.000 migrants arrivés en Europe depuis le début de l’année et plus de 2.500 morts. 

« Il faut que l’Europe adopte une attitude de fermeté en empêchant les migrants de partir de Turquie ou des côtes africaines, qu’elle lance des actions militaires contre les passeurs sous mandat de l’ONU, qu’elle coupe les routes migratoires en exigeant une plus grande coopération des pays sources », préconise-t-il.

11h08: 4.000 migrants ont déjà traversé la frontière autrichienne

Déjà 4.000 migrants ont traversé la frontière autrichienne vendredi soir et samedi matin.

10h25 :​ Le Premier ministre finlandais se propose d’héberger des réfugiés

Le Premier ministre finlandais Juha Sipilä a annoncé à la télévision publique qu’il se propose d’héberger des réfugiés dans une maison à la campagne qu’il occupe rarement du fait de ses fonctions à Helsinki. « J’espère que cela deviendra une sorte de mouvement populaire qui donnera envie à beaucoup de prendre leur part de responsabilité dans cette crise du logement des réfugiés. Je veux apporter ma pierre à l’édifice pour montrer que la Finlande est un pays multiculturel », a-t-il déclaré.

10h12: L'Autriche attend environ 10.000 migrants

Pour la majorité de ces migrants partis de Budapest, en Hongrie, vendredi, le but est d'atteindre l'Allemagne, qui a annoncé le non refoulement des réfugiés syriens vers leur pays d'entrée en Europe.

9h20 : Le chef de la diplomatie autrichienne s’entretient avec son homologue macédonien

Sebastian Kurz s’est entretenu à Luxembourg avec son homologue macédonien, par où transitent les migrants arrivés en Grèce et qui essaient de gagner le nord de l’Europe. « Il a dit que chaque jour, des milliers (de personnes) viennent de Grèce en Macédoine pour continuer vers l’Autriche, l’Allemagne ou la Suède », a assuré le ministre autrichien, parlant d’une « hausse massive » du nombre de migrants tentant ce périple.

« Ceux qui pensent qu’il suffit d’attendre pour régler ce problème se trompent. Ceux qui pensent que l’hiver va régler le problème parce que ça va réduire le nombre (de migrants) ont peut-être raison en ce qui concerne la route méditerranéenne vers l’Italie, mais pas en ce qui concerne la route des Balkans occidentaux », a martelé Kurz.

9h14: L'Autriche appelle l'Europe à «ouvrir les yeux» sur le «bazar» créé par la crise migratoire

Le chef de la diplomatie autrichienne a appelé l'Union européenne à «ouvrir les yeux», estimant que le transport en car de milliers de migrants par la Hongrie jusqu'à la frontière autrichienne montrait «à quel point c'est le bazar en Europe en ce moment».

«Bien que, Dieu merci, ce problème ait pu être résolu d'une façon humanitaire hier soir (vendredi), il faut ouvrir les yeux sur à quel point c'est le bazar en Europe en ce moment», a déclaré le ministre Sebastian Kurz en arrivant à une réunion de l'UE à Luxembourg.

Les migrants bloqués depuis plusieurs jours en Hongrie et qui ont entrepris vendredi une longue et joyeuse marche vers la frontière autrichienne, en forme de pied-de-nez aux autorités de Budapest, sont arrivés à la frontière autrichienne dans la nuit de vendredi à ce samedi.

Le gouvernement hongrois a mis à disposition de ces milliers de personnes des autocars afin qu'elles puissent rejoindre l'Autriche et l'Allemagne, qui ont accepté de les recevoir.