Crise des migrants: Plus d'un millier de migrants veulent rejoindre l'Autriche depuis Budapest à pied

IMMIGRATION Revivez sur 20 Minutes la journée de vendredi 4 septembre...

R.S.

— 

Le corps d'un enfant migrant mort noyé, sur une plage de Bodrum, au sud de la Turquie, après le naufrage d'un bateau transportant des réfugiés, le 2 septembre 2015
Le corps d'un enfant migrant mort noyé, sur une plage de Bodrum, au sud de la Turquie, après le naufrage d'un bateau transportant des réfugiés, le 2 septembre 2015 — STR DOGAN NEWS AGENCY

L'ESSENTIEL

  • La Grande-Bretagne accueuillera «des milliers de réfugiés» syriens supplémentaires, annonce David Cameron.

  • Les ministres des Affaires étrangères se réunissent ce vendredi

  • Hollande et Merkel veulent imposer des quotas de réfugiés.

  • Le père du petit réfugié syrien de trois ans mort noyé, dont la photo sur une plage turque a ébranlé le monde, est rentré vendredi dans sa ville de Kobané pour inhumer sa famille
     

A LIRE AUSSI

Pourquoi la photo n'a pas fait pas la une de la presse en France

Aylan, 3 ans, enfant de l’«humanité naufragée»

    Enfant syrien noyé: «Cette photo permet une prise de mauvaise conscience»

     

    Ce live est désormais terminé, nous vous remercions de l'avoir suivi

    19h08: La Finlande double ses prévisions d'arrivées de demandeurs d'asile pour 2015

    La Finlande a doublé vendredi son estimation des demandes d'asile pour 2015, signalant que beaucoup d'entre eux arrivaient de la Suède voisine, pourtant beaucoup plus généreuse. L'estimation a été portée à 30.000, ce qui représenterait huit fois plus que les 3.600 demandes de l'année précédente. Le gouvernement débat actuellement de l'opportunité d'accorder plus largement l'asile politique, après des années à avoir accepté entre 750 et 1.050 demandes. La Finlande, dont les capacités d'accueil pour réfugiés sont pleines, cherche à ouvrir de nouveaux centres et recruter du personnel pour faire face à cette crise avant l'arrivée de l'hiver.

    19h00: Fleur Pellerin appelle à un rassemblement populaire le 11 septembre à Paris

    La ministre de la Culture Fleur Pellerin a appelé vendredi à Perpignan à un grand rassemblement «populaire» le 11 septembre au musée de l'Histoire de l'Immigration. Cette date commémore les attentats menés par des kamikazes contre les Etats-Unis, qui ont fait des milliers de victimes le 11/11/2011.

    Fleur Pellerin a déclaré vouloir que ce prochain 11 septembre permette un «moment de fraternité», qui mène à des changements du regard porté envers ces victimes des guerres et de la misère.

    17h58: Pour Bernard Cazeneuve, «le terme de quota n'a pas de sens». Le ministre de l'Intérieur préfère parler de «mécanisme de répartition solidaire» au sujet de l'accueil des migrants, après les annonces de François Hollande et Angela Merkel.

     

    Interrogé sur une possible augmentation des quotas d'accueil des migrants, Bernard Cazeneuve a souligné que le président de la République n'avait «jamais dit ça» et jugé que ce terme n'avait pas de sens, en marge d'une visite à Marseille sur le thème de la sécurité.

     

    Jeudi, la chancelière allemande Angela Merkel avait indiqué que l'Allemagne et la France était d'accord sur le principe de quotas contraignants pour l'accueil des migrants par les pays de l'Union Européenne.

    16h58: La république tchèque et la Slovaquie réagissent également. Elles proposent conjointement d'ouvrir un couloir ferroviaire pour réfugiés syriens entre la Hongrie et l'Allemagne, si Budapest et Berlin sont d'accord, ont indiqué vendredi à Prague les ministres de l'Intérieur tchèque et slovaque.

    «La République tchèque et la Slovaquie pourront établir un corridor ferroviaire pour les réfugiés syriens se rendant de Hongrie en Allemagne, si Berlin et Budapest se mettent d'accord là-dessus», a déclaré le ministre tchèque de l'Intérieur, Milan Chovanec, lors d'un point de presse conjoint. «Nous laisserions passer ces trains sans contrôler davantage ces migrants, nous les accompagnerions seulement», a-t-il ajouté.

    16h04: La Hongrie renforce en urgence sa législation anti-migrants.

    Le Parlement a agi face à un afflux sans précédent de réfugiés transitant par ce pays dans l'espoir de rejoindre l'ouest de l'Europe. Proposée par le gouvernement du Premier ministre populiste Viktor Orban, la nouvelle législation renforce notamment les possibilités de déploiement de l'armée aux frontières et rend l'immigration illégale passible de jusqu'à trois ans de prison.

     

    «Une nouvelle ère commencera le 15 septembre», date prévue d'entrée en vigueur de la nouvelle législation, a déclaré dans un communiqué M. Orban, qui revendique depuis plusieurs mois le retour à des prérogatives nationales en matière d'immigration au sein de l'Union européenne.

    15h53: L'une des réactions fortes à cette crise, la ministre des affaires étrangères suédoise écrase une larme en direct à la télévision, jeudi soir. Voici les images:

    15h34: Un groupe de travail sur les migrations à l'Assemblée nationale. La commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale va mettre en place un groupe de travail sur les migrations, indique vendredi la présidente de cette commission, Elisabeth Guigou (PS). Dès la première réunion de rentrée de la commission, mardi, elle proposera la constitution d'un groupe «qui assurera un suivi des mesures annoncées par les pouvoirs publics au plan national, européen et international», a précisé l'ancienne ministre dans un communiqué.

    Il «aura vocation à suivre tous les aspects des migrations qu'il s'agisse de l'instauration d'un mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés, de la réforme des procédures d'asile en vue d'une harmonisation européenne, de la création de hot spots aux frontières extérieures de l'Union européenne», ou encore «du renforcement des moyens pour faire face à la situation humanitaire créée par les crises au Moyen-Orient et en Afrique».

    15h11: Invité de la matinale de BFMTV, Michel Onfray en a profité pour allumer Bernard Henri Lévy. Pour lui, BHL est tout simplement «complice» de la mort de cet enfant.

    14h55: Incroyable initiative en Autriche. Environ 2.200 personnes avaient souscrit vendredi matin sur Facebook à une initiative citoyenne proposant de former un convoi de voitures particulières pour chercher, à partir de dimanche, des milliers de migrants bloqués en Hongrie.

    «Les temps des appels à l'Union européenne et aux responsables politiques est révolu, nous devons désormais agir», soulignent les animateurs de la page "Convoi Budapest-Vienne", qui comptait 2.200 participants virtuels vendredi matin.

    Un premier convoi doit partir dimanche matin de Vienne pour «conduire autant de réfugiés que possible de Budapest à Vienne et de là, si possible, en Allemagne». Les organisateurs précisent réagir à la décision des autorités hongroises de suspendre cette semaine les liaisons ferroviaires à destination de l'Europe de l'Ouest, y compris pour les migrants disposant de billets valables.

    14h49: L'Europe doit agir «ensemble et unie» si elle veut faire face avec succès à la crise migratoire, a jugé vendredi le numéro deux de la Commission européenne, Frans Timmermans, à l'issue d'une visite en Grèce, principale porte d'entrée sur le continent pour les réfugiés et migrants.

    «Nous vivons un moment de vérité dans l'histoire européenne. Nous pouvons réussir, ensemble et unis, ou nous pouvons échouer chacun à sa propre façon, dans son propre pays, ou sur ses propres îles», a-t-il affirmé, dans une conférence de presse sur l'île de Kos, en Egée orientale, une des plaques tournantes des flux d'exilés.

    «Une Europe sans frontières ne peut pas survivre (....) mais l'Europe ne peut pas non plus survivre si nous cédons sur nos valeurs et nos obligations légales» envers les réfugiés des conflits et crises du Moyen-Orient et d'Afrique, a-t-il relevé.

    14h26: Sinon, voici le visage de la photographe à l'origine du cliché, Nilüfer Demir. «Quand je l'ai vue, je suis resté glacée»

    14h18 : Les détails macabres nous parviennent au compte-gouttes au sujet des victimes du camion de la honte. Les 71 migrants retrouvés morts dans un camion frigorifique au bord d’une autoroute autrichienne le 27 août sont vraisemblablement décédés d’étouffement « très peu de temps » après le départ du véhicule, a annoncé la police autrichienne vendredi. « Vu le nombre de personnes et le volume d’air disponible ».

    14h13: 600.000 euros de dons pour une ONG maltaise de secours en mer. L'ONG Migrant Offshore Aid Station (Moas), fondée en 2013 pour secourir les migrants au large de la Libye, a annoncé vendredi avoir reçu un afflux record de dons depuis la parution il y a deux jours de la photo du petit Syrien noyé.

    «Il y a une réaction énorme. La vague d'indifférence est en train de se retirer», a déclaré à l'AFP Christian Peregrin, porte-parole de cette ONG créée à Malte par un couple catholique fortuné américano-italien, Christopher et Regina Catrambone. Plus de 10.000 donateurs se sont manifestés ces dernières 48 heures, essentiellement des Etats-Unis et du Royaume-Uni, mais aussi de Turquie, d'Allemagne ou même du Brésil.

    14h03: Où en est l'enquête sur le camion charnier en Autriche?

    Un camion avait été retrouvé abandonné le 27 août en fin de matinée sur le bord d'une autoroute près de Parndorf, en Autriche, non loin de la frontière hongroise avec 71 corps. Selon l'enquête, le camion avait pris en charge les migrants vers 3h GMT, le 26 août à la frontière serbo-hongroise, et la mort pouvait donc remonter à environ 24 heures au moment de la macabre découverte. Le camion frigorifique était «hermétiquement clos», a souligné le responsable de l'enquête, Hans Peter Doskozil.

    L'étude des traces ADN retrouvées dans la cabine du véhicule a par ailleurs confirmé l'implication de cinq suspects -quatre Bulgares et un Afghan- interpellés en Hongrie dans ce dossier, a-t-il indiqué. Trois autres suspects ont par ailleurs été inculpés vendredi de «participation à un groupe criminel organisé» par la justice bulgare dans cette affaire. Parmi eux figure Tsvetan Georgiev Tsvetanov, 32 ans, considéré par les enquêteurs bulgares comme le conducteur présumé du camion. Il se trouve en instance d'extradition vers l'Autriche. Lors d'une audition jeudi, Tsvetan Georgiev Tsvetanov avait déclaré avoir ignoré qu'il transportait des êtres humains.

    13h53: «Il faut tenir compte des souhaits [des migrants] plaide Thibaut Jaulin, chercheur à Sciences Po

    Le Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, a appelé vendredi à la répartition d’au moins 200.000 demandeurs d’asile dans l’Union Européenne. Une idée réaliste? «On ne peut pas demander à des migrants de s'installer dans des zones désertées» retrouvez  l'éclairage de Thibaut Jaulin, chercheur à Sciences Po et spécialiste des migrations.

    13h50: Une ONG reçoit 600.000 euros en 48 heures

    L'ONG Migrant Offshore Aid Station (Moas), fondée en 2013 pour secourir les migrants au large de la Libye, a annoncé vendredi avoir reçu un afflux record de 600.000 euros de dons depuis la parution il y a deux jours de la photo du petit Syrien noyé.

    «Il y a une réaction énorme. La vague d'indifférence est en train de se retirer», a déclaré à l'AFP Christian Peregrin, porte-parole de cette ONG créée à Malte par un couple catholique fortuné américano-italien, Christopher et Regina Catrambone. Plus de 10.000 donateurs se sont manifestés ces dernières 48 heures, essentiellement des Etats-Unis et du Royaume-Uni, mais aussi de Turquie, d'Allemagne ou même du Brésil.

    13h46: Le Comité internation olympique promet 2 millions d'euros pour les réfugiés

    Le sport continue à se mobiliser pour les migrants. Après l'annonce par le Bayern Munich jeudi d'un millions d'euros pour des actions concrètes, le Comité international olympique (CIO) a annoncé vendredi la création d'un fonds de 2 millions de dollars destiné à des programmes d'aide aux réfugiés. Ce fonds sera mis à la disposition des comités olympiques nationaux qui pourront soumettre au CIO des projets «qui en raison de la nature de la crise, seront mis en oeuvre extrêmement rapidement», a indiqué le président du CIO, Thomas Bach dans un communiqué.

    13h43: Des centaines de migrants partent à pied pour l'Autriche depuis Budapest

    Plusieurs centaines de migrants ont quitté vendredi en début d'après-midi la gare principale de Budapest pour tenter de se rendre à pied «en Autriche», après la suspension mardi des liaisons ferroviaires internationales par les autorités hongroises.

    Les migrants, qui pour certains étaient bloqués dans la capitale hongroise depuis plusieurs jours, ont indiqué vouloir se rendre à pied jusqu'à la frontière autrichienne, située à environ 175 km, alors que Budapest a multiplié les tentatives de les transférer contre leur gré dans des camps de premier accueil.

     

    13h32: Les 71 migrants morts dans le camion charnier très rapidement

    Les 71 migrants retrouvés morts dans un camion frigorifique au bord d'une autoroute autrichienne le 27 août sont vraisemblabement décédés d'étouffement «très peu de temps» après le départ du véhicule, a annoncé la police autrichienne vendredi.

    «Vu le nombre de personnes et le volume d'air disponible, la mort est selon toute vraisemblance intervenue très peu de temps» après que le groupe soit monté à bord, à la frontière serbo-hongroise, a déclaré lors d'une conférence de presse un porte-parole de la police, Hans-Peter Doskozil, sur la base des premiers résultats d'autopsie.

     

    13h02: La Hongrie a donc provisoirement et partielllement fermé vendredi le poste-frontière autoroutier de Röszke après l'évasion de quelque 300 migrants d'un camp de premier accueil de la localité, annonce la police hongroise. Ceci «afin d'éviter des accidents», soulignant qu'un itinéraire bis avait été mis en place.

    12h53: 300 migrants se sont évadés vendredi matin d'un camp hongrois de premier accueil situé près de la frontière serbe à Röszke, annonce la police.

    «Selon des estimations, 300 immigrants illégaux ont franchi la clôture du centre de rassemblement de migrants de Röszke à 11h30, en deux vagues, et ont couru vers l'autoroute M5», a indiqué la police dans un communiqué, soulignant que «des mesures pour leur interpellation ont été prises».

    Le camp de Röszke rassemble environ 1.500 migrants, interpellés dans leur grande majorité après leur passage de la frontière serbo-hongroise, l'un des principaux axes de transit en Europe centrale. Les migrants y sont accueillis le temps d'être immatriculés, avant d'être redirigés vers d'autres structures.

    12h48: Manuel Valls estime que la mise en place aux frontières de l’Europe de «hot spots», des centres d’accueil pour migrants et réfugiés, est une «condition préalable» à la répartition obligatoire d’au moins 200.000 migrants demandée par les Nations Unies.

    «Pour que cette répartition obligatoire soit acceptée et possible, il faut une condition préalable bien sûr: c’est la mise en place de ce qu’on appelle les hot spots, parlons plus clairement, de centres d’accueil», a dit le Premier ministre en marge d’un déplacement à Paris consacré à l’économie sociale et solidaire.

    12h34: Le petit garçon noyé, son frère et sa mère ont officiellement été enterrés à Kobané. L'enterrement a eu lieu en présence de centaines de personnes. «Tout le monde était triste et en pleurs», a affirmé Mustefa Ebdi, un journaliste originaire de la ville. Abdallah Shenu, père du petit Aylan, 3 ans, «est encore en état de choc», selon M. Ebdi.

    12h23: Un peu plus d'infos à lire ici sur la centaine de migrants évacués dans un square du 18e arrondisement de Paris ce matin.

    12h19: Voici une autre sélection de dessins de presse publiés aujourd'hui.

    12h16: Et pendant ce temps, sur la plage de Bodrum...

    11h58: La Grande-Bretagne accueuillera «des milliers de réfugiés» syriens supplémentaires. David Cameron poursuit ses annonces sur le sujet actuellement. «Quiconque a vu ces photos ne peut qu'être touché et, en tant que père, j'ai été profondément ému par la vue de ce petit garçon sur une plage. La Grande-Bretagne est une nation avec des valeurs morales et nous allons prendre nos responsabilités morales», poursuit le premier ministre anglais.

     

     

     

     

    11h45: Pendant ce temps, à Paris, 123 migrants ont été évacués d'un campement et conduits dans des centres d'hébergement. Ces personnes ont quitté le square Jessaint dans le nord de la Capitale.

     

    Une délégation associant des responsables de la ville de Paris, de la préfecture de région, de l'Office français de protection des réfugiés et des apatrides (OFPRA) et des associations, accompagnée d'interprètes, les a accompagnés.

     

    «Cette délégation a proposé un hébergement à l'ensemble des migrants présents. Une fiche d'information, traduite en anglais et en arabe, leur a été remise, pour leur préciser les conditions de leur accueil. Tous les migrants ont accepté cette proposition, soit un total de 123 personnes. Ils ont été conduits, dans le calme, dans 6 centres d'hébergement franciliens mobilisés pour cette opération», soulignent le ministère et la mairie, dans un communiqué.

    11h40: 34 députés PS exhortent la France et l'Union européenne à «réagir enfin» en mettant en «oeuvre des politiques plus fortes pour protéger» les réfugiés et «renforcer leurs capacités d'accueil», dans une tribune à Médiapart publiée vendredi.

    «Combien faudra-t-il de drames ? Combien devrons-nous compter de vies perdues pour réagir enfin ? Quand passerons-nous de l'émotion légitime et nécessaire à une véritable action ?», écrivent ces parlementaires, dont Jean-Marc Germain, Olivier Dussopt, Chaynesse Khirouni, Pouria Amirshahi, Arnaud Leroy, Christian Paul, Barbara Romagnan.

    11h34: David Carmeron vient de tweeter. Pour lui, «le problème des migrants est le plus important exposé à la face de l'Europe. La Grande-Bretagne a un devoir moral de leur venir en aide».

     

     

     

     

    11h27: Les premières images des cercueils d'Alan Kurdi, son frère et sa mère arrivés sur le sol turc. Une cérémonie a lieu actuellement.

    11h20 : Vladimir Poutine met en cause une politique «erronée» de l’Occident au Proche-Orient. Le président russe estime vendredi que «cette crise était tout à fait attendue», dans un communiqué du Kremlin. «Nous avons déjà dit il y a quelques années à nos soi-disant partenaires occidentaux que s’ils poursuivaient leur politique erronée dans les régions du monde musulman, notamment au Proche-Orient et en Afrique du Nord, cela aboutirait à des problèmes de très grande ampleur».

     

    Cette politique qui se poursuit toujours, selon Poutine, consiste à «imposer ses standards, sans tenir compte des particularités historiques, religieuses, nationales et culturelles de ces régions».

    11h10: 5.600 migrants entrés en Macédoine via la Grèce en une journée, indique l'AFP.

    11h00 : « Je n’ai plus rien à attendre de ce monde en tant que père, indique l'homme qui a perdu ses enfants. La seule chose que je voudrais c’est que le drame et les souffrances vécus en Syrie prennent fin, que la paix y soit restaurée », affirme le papa de l’enfant décédé, cité par l’agence de presse turque Dogan.

    Il a ajouté espérer que le monde prenne ainsi conscience du sort des migrants, après ce drame qui a ému le monde entier. Des préparatifs étaient en cours à Kobané pour les enterrer «comme martyrs de Kobané car ils ont payé de leur vie pour fuir la guerre», selon les autorités locales. L'AFP indique également que des députés du parlement turcs ont aussi traversé la frontière pour assister aux obsèques.

    10h45: Le drame inspire également les dessinateurs aujourd'hui. Voici les oeuvres de Ruben Oppenheimer, Khalid Albaih et Keko Uribe.

     

     

    /photo/1?ref_src=twsrc^tfw

    10h40 : @mythique, c’est un débat que nous avons tranché à 20Minutes. Il nous a semblé nécessaire de la montrer pour faire prendre conscience d’un problème majeur. Nous partageons néanmoins votre avis, c’est insoutenable de voir un enfant mort.

    mythique

    Arrêtez de montrer cette photo! C'est insoutenable de voir un enfant mort! Il y a des gens sensibles qui peuvent ne pas s'en remettre! Moi même je viens de perdre ma mère et je ne suis pas en état de subir un tel choc! Pauvre chou! Qu'il repose en paix, lui et toute sa famille!

    10h37 : En Allemagne, un incendie d’origine inconnue s’est déclaré dans un foyer de réfugiés. Un blessé grave est recensé.

    Un demandeur d’asile a été grièvement blessé dans un incendie d’origine inconnue survenu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un foyer qui accueillait une soixantaine de réfugiés près de Francfort (ouest de l’Allemagne), indique la police régionale.

    Un migrant a été grièvement blessé en sautant d’une fenêtre du deuxième étage. Plusieurs autres personnes ont été légèrement intoxiquées après avoir respiré des fumées, selon la même source. Le feu s’est déclaré vers 01h30 vendredi dans cet hébergement accueillant une soixantaine de demandeurs d’asile, dans la petite ville d’Heppenheim, toujours d’après la police. Un fort dégagement de fumée, dont l’origine n’est pas encore connue, a été constaté au niveau de l’entrée du bâtiment.

    L’incendie a rendu le foyer inhabitable, conduisant les autorités à reloger les demandeurs d’asile originaires de Syrie, d’Éthiopie, d’Algérie, d’Erythrée, du Liban, d’Irak, de Macédoine, du Nigeria, de Turquie et de Somalie.

    10h30: Si vous souhaitez héberger un réfugié, un site Internet existe.

    10h00: La vidéo de cette matinée: le père du jeune Aylan témoigne. Son récit sur les conditions du chavirage du bateau est bouleversant.

    9h50: Rappelons une information importante de la journée de jeudi. L'ONU appelle à la répartition d'au moins 200.000 demandeurs d'asile dans l'Union européenne via des quotas obligatoires. «Les personnes qui ont une demande de protection valide (...) doivent ensuite bénéficier d'un programme de réinstallation de masse, avec la participation obligatoire de tous les Etats membres de l'UE», a estimé le haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres, dans un communiqué. 

    9h48: Nadine Morano dénonce une nouvelle fois le concepte de quotas de migrants. Invitée sur RMC ce matin, elle s'en est également pris à l'Arabie saoudite.

    9h30 : Le gouvernement australien a durement réagi après la publication des images insoutenables de l’enfant syrien mort noyé. Elles rappellent la « nécessité de mettre fin aux activités des bateaux des passeurs et confortent la politique d’immigration extrêmement restrictive de Canberra », a déclaré vendredi le Premier ministre australien.

     

    Les photographies du corps d’Aylan Kurdi, âgé de trois ans, échoué sur une plage turque au moment où l’Europe est confrontée à la plus grave crise migratoire depuis la Seconde guerre mondiale illustrent le caractère "malfaisant" du trafic d’être humains, a déclaré Tony Abbott à la presse.

     

    Après son arrivée au pouvoir en septembre 2013, son gouvernement conservateur avait organisé par l’intermédiaire de l’armée le refoulement systématique des bateaux de migrants qui arrivent dans ses eaux. «C’est une photographie absolument déchirante que (…) pas un seul parent ne peut voir sans se sentir dévasté», a dit le chef du gouvernement.

    9h20: «On ne peut pas avoir des Calais partout en France». François Baroin, Sénateur-Maire de Troyes, Président de l'Association des Maires de France s'est exprimé sur le sujet sur i-Télé, ce matin.

    9h00: Bonjour à tous. Le père du petit Syrien mort noyé rentre à Kobané pour inhumer sa famille. Selon l'AFP, Abdullah Kurdi est arrivé à la ville-frontière turque de Suruc avec les cercueils du petit Aylan, de son frère de cinq ans et de la mère des enfants, tous morts noyés en tentant de quitter la Turquie pour la Grèce.

     

    8h30: Les ministres européens des Affaires étrangères se retrouvent vendredi

    Tandis que la photo d'Aylan Kurdi, 3 ans, gisant mort le visage dans le sable d'une plage turque, continuait de soulever émotion et colère  Hollande et Merkel veulent imposer des quotas de réfugiés, les ministres des Affaires étrangères se réunissent vendredi autour de la crise des migrants.

     

    Dans un contexte de crispation croissante entre Européens, sur un continent où l'extrême-droite ne cesse de progresser, l'Allemagne et la France ont lancé jeudi une initiative pour «organiser l'accueil des réfugiés et une répartition équitable en Europe» de ces familles qui

    Les ministres européens des Affaires étrangères doivent se retrouver vendredi à Luxembourg autour de ce dossier, tandis que quatre pays de l'Est, réticents à ouvrir leurs frontières et opposés aux quotas, se réunissent de leur côté à Prague, risquant d'aggraver des divisions déjà profondes.