La Chine célèbre sa victoire sur le Japon en faisant défiler ses missiles «tueurs de porte-avions»

DEFENSE L’armée chinoise défile place Tiananmen pour commémorer la victoire de 1945 contre le Japon…

20 Minutes avec AFP

— 

Pékin (Chine), le 02 septembre 2015. Des missiles 21D, dits
Pékin (Chine), le 02 septembre 2015. Des missiles 21D, dits — GREG BAKER / AFP

Des paroles et des actes. Le président chinois Xi Jinping a annoncé, ce jeudi, une réduction des effectifs militaires de 300.000 hommes sur les 2,3 millions que compte l’armée populaire de libération (APL) à l’occasion du défilé militaire, place Tiananmen à Pékin, célébrant les 70 ans de la victoire de 1945 contre le Japon.

Si l’armée comptera moins d’hommes, elle n’en sera pas moins puissante. Pour la première fois, les autorités chinoises ont, dans ce défilé, exposé au public les nouveaux missiles balistiques 21D que la presse d’Etat a affublé du sobriquet de « tueurs de porte-avions ».

A 3.500 km/h, les missiles évitent des défenses anti-aériennes

Chargés sur leurs gros camions porteurs à 12 roues, ces missiles – qui répondent officiellement au nom de ‘’Dongfeng’’ (Vent d’est) – représentent un souci majeur de l’État-major américain, présent dans l’océan Pacifique avec sa septième flotte.

Géopolitique : Tout comprendre aux tensions entre la Chine et le Japon

Balistiques, ces missiles sortent de l’atmosphère avant d’y rentrer à une vitesse telle – près de 3.500km/h – qu’elle les rend quasi invulnérables aux défenses antiaériennes classiques. Leur portée exacte est estimée par les experts occidentaux entre 900 et 1.000 km et leur charge explosive est capable d’infliger de gros dégâts aux porte-avions classiques.

Obama et Merkel ont boudé l’invitation

Pour autant, Xi Jinping a tenu à adresser un message rassurant. Annonçant une baisse des effectifs de l’APL, il a expliqué que « la Chine ne recherchera jamais l’hégémonie, pas plus qu’elle ne cherchera à s’étendre. Elle n’imposera jamais des souffrances tragiques aux autres nations ».

Heureusement car c’est à une vraie démonstration de force que s’est, après ce discours, livrée l’APL, envoyant à la parade quelque 12.000 soldats et 500 engins, tous survolés par près de 200 avions et hélicoptères.

Les démocraties occidentales ont tout de même du mal à croire Xi Jinping sur paroles. Signe de cette défiance, les principaux dirigeants, Barack Obama et Angela Merkel en tête, ont boudé l’invitation des autorités chinoises à venir assister à ce défilé.