Londres et Glasgow: les attaques sont «connectées»

— 

Pour la police britannique, cela ne fait plus aucun doute : les tentatives d’attentats de Londres vendredi et celui raté de Glasgow samedi portent la marque, sinon d’al-Qaïda, des actions qui terrorisent quotidiennement l’Irak.

L'information se construit avec vous: vous êtes à Londres ou à Glasgow, vous avez des témoignages et des images...
Partagez l'info: multimedia @ 20minutes.fr

Dans le cas de Glasgow, les éléments sont encore confus : les deux hommes d'origine asiatique arrêtés par la police étaient à bord de la jeep Cherokee verte qui s'est encastrée vers 15h15 samedi dans le bâtiment de l'aéroport de Glasgow avant de prendre feu. Voir la vidéo amateur sur le site de SkyNews.

Engin suspect sur l'un des deux hommes arrêtés
Vers 23h, le chef de la police locale a annoncé qu’un «engin suspect» avait été trouvé sur un des deux hommes alors qu'il était traité pour des «brûlures importantes» dans un hôpital qui a dû être évacué.


Téléphones portables
Vendredi, les deux voitures découvertes, l’une près d’une boîte de nuit, l’autre sur une grande artère, contenaient une «grande quantité de bidons de carburant et des clous» et des «bonbonnes de gaz», selon la section antiterroriste de Scotland Yard. Les deux engins auraient été conçus pour être mis à feu à distance via des téléphones portables.

Les autorités britanniques ont confirmé samedi en fin de soirée que les trois actions avaient un lien entre elles. Selon le quotidien The Guardian, citant l'hebdomadaire The Observer à paraître dimanche, des sources au sein des services de sécurité britannique estiment que les attaques seraient le fait d'une nouvelle cellule terroriste sur le sol britannique utilisant de nouvelles méthodes qui auraient complètement surpris les services de renseignements.

Le territoire britannique est désormais en alerte maximale, ce qui signifie qu'un attentat est «attendu de façon imminente», a annoncé samedi soir le ministre de l'Intérieur Jacqui Smith.

«Il est approprié de relever les niveaux de sécurité dans les aéroports et dans les endroits de rassemblement en raison de l'accroissement des menaces», a ajouté samedi soir le nouveau Premier ministre Gordon Brown, évoquant «l'attentat d'aujourd'hui à l'aéroport de Glasgow». C'est la première fois que le mot «attentat» était officiellement utilisé pour qualifier les événements de Glasgow.

Le Premier ministre s'exprimait à l'issue de la troisième réunion du comité de crise anti-terrorisme «Cobra» en trente-six heures. «Je veux que tous les Britanniques soient vigilants et je veux qu'ils aident la police et les autorités. (...) Je sais que le peuple britannique fera face uni, résolu et fort», a ajouté le Premier ministre qui a pris ses fonctions mercredi.

Peu après 22h30, l'aéroport de Liverpool a été fermé.

Dans huit jours, Londres doit marquer le deuxième anniversaire des attentats suicide du 7 juillet 2005, qui avaient fait 56 morts, dont leurs quatre auteurs, dans les transports en commun de Londres. la capitale londonienne portent en effet des similitudes.


Lire aussi
Un message sur le Net