La Pologne mobilise l'armée pour rechercher le mystérieux «train nazi»

TRESOR Ce train rempli de richesses est censé être enterré quelque part dans le sud-ouest de la Pologne...

N.Bg. avec AFP

— 

Site potentiel où aurait été enterré le train nazi, le 28 août dans le sud-ouest de la Pologne.
Site potentiel où aurait été enterré le train nazi, le 28 août dans le sud-ouest de la Pologne. — AP/SIPA

Cette histoire de train a dû agacer en hauts lieux. La Pologne a annoncé ce mardi la mobilisation de moyens techniques militaires pour vérifier l’existence d’un mystérieux « train d’or nazi », qui selon des chercheurs aurait été enterré à la fin de la Seconde guerre mondiale dans la région de Walbrzych, dans le sud-ouest du pays.

A LIRE. Que sait-on sur la mystérieuse découverte en Pologne ?

« Le ministre a décidé d’envoyer des moyens techniques sur le terrain pour mener des recherches et vérifier l’existence de ce train », a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère de la Défense Jacek Sonta. « Des spécialistes du génie militaire vont dans les prochains jours déterminer les moyens techniques qui seront utilisés », a-t-il ajouté. « L’armée va intervenir à la demande du voïvode (préfet) de la région », a-t-il précisé.

Scepticisme sur l’existence même du convoi

Lundi, le voïvode de la Basse-Silésie Tomasz Smolarz a exprimé son scepticisme sur l’existence même du convoi légendaire qui depuis quelques jours fascine le public en Pologne et à l’étranger. « La valeur informative de l’annonce de la découverte n’est nullement supérieure à celles que nous avons vu apparaître depuis des dizaines d’années », a déclaré Tomasz Smolarz aux journalistes, après avoir réuni une cellule ad hoc chargée de l’affaire.

« En se fondant sur les documents déposés (par les chasseurs de trésors) chez le maire de Walbrzych, il est impossible d’affirmer qu’une telle trouvaille soit réellement à l’endroit indiqué », a-t-il précisé. Selon ces documents, le train contiendrait « des objets de valeur, des métaux précieux et des matériaux industriels », a indiqué à l’AFP Joanna Lamparska, auteur de livres sur les mystères de la région.

Les vraies-fausses images du géoradar

Le voïvode a démenti la remise aux autorités d’images d’un géoradar [que l’on pointe vers le sol pour en étudier la composition et la structure] qui auraient été fournies par les découvreurs toujours anonymes.

Vendredi, le conservateur général des monuments en Pologne Piotr Zuchowski avait pourtant déclaré avoir vu sur des images d’un radar à pénétration de sol une rame blindée, longue de plus de 100 mètres et enfouie sous terre. Il s’est déclaré alors convaincu « à 99 % » de l’existence de ce « train nazi ».

Interrogé sur ce point, le ministère de la Culture, où Piotr Zuchowski est secrétaire d’Etat, n’a pas été en mesure de fournir des précisions dans l’immédiat.