L'avion du Premier ministre ivorien attaqué, fin des tirs à Bouaké

ATTENTAT Guilaumme Soro a été épargné, mais...

— 

Une attaque a été lancée contre l'avion du Premier ministre ivoirien Guillaume Soro vendredi pendant qu'il atterrissait à l'aéroport de Bouaké (centre de la Côte d'Ivoire), faisant quatre morts dans la délégation mais épargnant Guillaume Soro, a annoncé son conseiller spécial, Alain Lobognon. Une attaque que le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a qualifié de «lâche attentat».

«L'avion qui transportait notre délégation vient d'être attaqué par une roquette, vers 10h30 (locales et GMT), alors que nous atterrissions à Bouaké. Il a au moins trois morts, mais le Premier ministre a été épargné».

Fin des tirs à l'aéroport de Bouaké


Les forces de sécurité protégeant le Premier ministre ont ensuite répliqué par des tirs afin de sécuriser le périmètre de l'aéroport, a indiqué une source sécuritaire à Bouaké. Les tirs se poursuivaient vers 11h30 entre l'aéroport et le centre-ville de Bouaké, quartier général de la rébellion des Forces nouvelles (FN) dirigée par Guillaume Soro. Mais ils avaient cessé à 15h22 (heure de Paris), selon des sources sécuritaires concordantes.

Redéploiement de l'administration dans le nord du pays

Le Premier ministre ivoirien venait à Bouaké pour y présider dans la journée une cérémonie de lancement du redéploiement de l'administration judiciaire, amenant avec lui une quinzaine de magistrats concernés. Le redéploiement de l'administration dans le nord rebelle est l'un des principaux volets du processus de paix visant à réunifier un pays coupé en deux depuis près de cinq ans.

Plusieurs journaux ivoiriens se sont fait régulièrement l'écho depuis de l'insatisfaction d'une partie de la rébellion, qui accuserait Guillaume Soro d'avoir trahi la cause des rebelles pour s'allier avec son adversaire Laurent Gbagbo.