Sierra Leone: Un Belgo-américain arrêté pour trafic de « diamants du sang »

SOCIETE L'homme faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen...

20 Minutes avec agence

— 

Des travailleurs dans une mine de diamants, le 22 mai 2015
Des travailleurs dans une mine de diamants, le 22 mai 2015 — Patrick Fort AFP

Un homme soupçonné de trafic de « diamants du sang » durant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2002) vient d’être arrêté à Malaga (Espagne). « Il a été interpellé à l’aéroport alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol à destination des Etats-Unis », a indiqué la police espagnole. Michel Desaedeleer, qui possède les nationalités belge et américaine, selon Reuters, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen émis par les autorités belges.

 

Procès des diamants du sang : L’ex-agent de Naomi Campbell nie d’avoir menti

Une « prise de conscience » sur le rôle des hommes d’affaires pendant les conflits armés

L’homme de 64 ans pourrait avoir réduit des civils en esclavage et d’avoir pillé des mines de la région de Kono, dans l’est de la Sierra Leone, entre 1999 et 2001. Il est également soupçonné « d’avoir pratiqué le commerce du précieux minerai entre 1991 et 2002, au cours de la guerre civile dans le pays africain », a indiqué la police. « Il aurait également été une des personnes chargées de superviser les travaux d’extraction (des diamants) sur le terrain », au moins durant quelques semaines entre décembre 1999 et janvier 2000.

« C’est un cas historique (…) et [cette arrestation] va contribuer à une prise de conscience sur le rôle joué par des hommes d’affaires dans la commercialisation des ressources naturelles en particulier pendant les conflits armés, en Afrique et ailleurs », a estimé Alain Werner, directeur de Civitas Maxima, dans un communiqué.

Un lien avec l’ancien président libérien condamné ?

Selon BBC News, les enquêteurs espagnols vérifieraient actuellement si Michael Desaedeleer était en lien avec l’ancien président libérien Charles Taylor, condamné à 50 ans de prison en 2012 pour son rôle dans la guerre civile sierra-léonaise. Le Belgo-Américain pourrait, en effet, avoir soutenu le trafic ayant permis à Charles Taylor de réduire des personnes aux travaux forcés, dans les mines de diamant.

Pour rappel, la guerre civile en Sierra Leone, de 1991 à 2002, attisée par le commerce illicite de diamants bruts, a été une des plus atroces de l’histoire africaine récente. Le conflit aurait fait plus de 50.000 morts, parmi lesquels de nombreux enfants-soldats. A l’époque, des compagnies minières internationales rivalisaient alors pour le contrôle du diamant sierra-léonais.