Sans titre 167578

©2007 20 minutes

— 

La météo en folie

Le continent européen coupée en deux. Au nord, il pleut trop. Au sud, il fait trop chaud. La Grande Bretagne se préparait hier à affronter de nouvelles pluies torrentielles ce week-end alors que les inondations qui affectent le pays depuis le début de la semaine ont déjà fait quatre morts et pas loin de 2000 personnes sans-abris.

Pendant ce temps-là, le sud de l'Europe subit une une vague de chaleur sans précédent. En Italie, en Grèce, en Roumanie ou encore en Turquie, les températures flirtent avec les 50°C depuis près d'une semaine. Dimanche dernier, il faisait 47°C dans le sud-est de l'Italie. Du jamais-vu selon Météo France. Conséquence : quelque cinquante personnes seraient décédées, victimes de ces températures caniculaires. Pour Météo-France, le phénomène n'est pas exceptionnel. "L'arrivée d'air froid venue des pôles sur le nord a été compensé par de l'air chaud dans le sud de l'Europe", explique Hervé Nathan, prévisionniste. En revanche, "il est évident que l'amplitude des températures est due au réchauffement climatique", affirme le prévisionniste. "Les violentes pluies dans le Nord de l'Angleterre et les vagues de chaleur en Grèce, en Italie et en Roumanie sont des indications de ce qui pourrait se répéter de manière plus sévère à travers le monde comme une conséquence du réchauffement climatique", a aussi déclaré cette semaine Salvano Briceno, directeur du secrétariat de l'ONU pour une stratégie internationale de réduction des catastrophes (ISDR). L'ONU essaie de convaincre les gouvernements de mettre davantage l'accent sur la réduction des risques de catastrophes naturelles et augmenter la préparation de leurs populations face à des orages mortels, des inondations ou des vagues de chaleur.

Armelle Le Goff