Gordon Brown, 11ème Premier ministre de Sa Majesté

ROYAUME-UNI Tony Blair a remis plus tôt sa démission à la reine Elizabeth II...

— 

Charismatique, infatigable, convaincu de faire "ce qui est bien", Tony Blair a dominé la scène politique britannique pendant dix ans et été l'un des acteurs majeurs sur la scène internationale.
Charismatique, infatigable, convaincu de faire "ce qui est bien", Tony Blair a dominé la scène politique britannique pendant dix ans et été l'un des acteurs majeurs sur la scène internationale. — Shaun Curry AFP/Archives

Le Royaume-Uni a un nouveau Premier ministre. A 15h47 (heure de Paris), Gordon Brown a quitté le palais de Buckingham à Londres où il a été chargé par la reine Elizabeth II de former un nouveau gouvernement. Il s'est ensuite rendu à Downing Street et a promis «un nouveau gouvernement avec de nouvelles priorités». Celui qui, à 56 ans, attendait ce moment depuis des années, s'est engagé à «faire de son mieux». «Et maintenant, que le changement commence», a-t-il déclaré, souriant. Il a promis de répondre aux «aspirations de tout le pays et de rassembler au-delà des étroits intérêts» du parti travailliste. «Je construirai un gouvernement de tous les talents», a insisté le nouveau Premier ministre, qui devrait annoncer rapidement la composition de son nouveau cabinet.

Blair ému

Tony Blair, lui, avait quitté à 14h40 le même palais royal où il a remis sa démission. Quelques minutes plus tôt, il avait quitté pour la dernière fois le 10, Downing Street, posant brièvement en famille, avec sa femme et leurs quatre enfants, devant la lourde porte noire. Il n'a fait aucune déclaration avant d'entrer dans sa limousine pour se rendre au palais. Redevenu simple député, il n'a pas dit un mot, en quittant, souriant, le palais royal avec son épouse Cherie.

Pour la 318e et dernière fois, Tony Blair, visiblement ému, a répondu à la mi-journée aux questions hebdomadaires des députés, qui l'ont applaudi debout, à la fin d'une séance où il a reçu l'hommage des dirigeants de l'opposition, et du pasteur nord-irlandais Ian Paisley. Il y a pour la dernière fois défendu sa décision d'engager les troupes britanniques en Irak, la tache sur son bilan. Il ne s'en est pas excusé, mais s'est dit «vraiment désolé pour les dangers auxquels sont confrontés les soldats en Irak et en Afghanistan». «Je sais que certains pourraient penser qu'ils sont confrontés à ces dangers en vain. Je ne le pense pas et ne le penserai jamais». «Je vous souhaite tous bonne chance, amis ou adversaires, et voilà, c'est la fin», ont été ses derniers mots de Premier ministre.

La liste des Premiers ministres britanniques sous le règne d'Elizabeth II:

Winston Churchill, 1940-45 et 1951-55, Conservateur
Anthony Eden, 1955-57, Conservateur
Harold Macmillan, 1957-63, Conservateur
Alec Douglas-Home, 1963-64, Conservateur
Harold Wilson, 1964-70 et 1974-76, Labour
Edward Heath, 1970-74, Conservateur
James Callaghan, 1976-79, Labour
Margaret Thatcher, 1979-90, Conservateur
John Major, 1990-97, Conservateur
Tony Blair, 1997-2007, Labour
Gordon Brown, 2007- , Labour