Empoisonner Castro, lire les lettres de Jane Fonda, et droguer des citoyens

— 

C’est officiel, la CIA «a comploté pour assassiner Castro, Lumumba et Trujillo». L’agence de renseignement américaine a tenté, au début des années 1960 d'assassiner le président cubain Fidel Castro. Dans un dossier de 693 pages déclassifié et publié mardi, la CIA lève le voile sur ses activités des années 1950 à 1970, pour beaucoup illégales. La semaine dernière, le directeur de la CIA, Michel Hayden avait tenu a préciser que «le document fournit un aperçu d'une période très différente et d'une agence très différente».

Bijoux de famille

Intitulé non sans humour «Bijoux de famille», le dossier révèle comment la CIA a tenté d’assassiner par trois fois le Lider Maximo. En 1960, l’agence américaine prend contact avec un membre de la mafia à Las Vegas, qui a des relations indirectes avec des Cubains. 150.000 dollars lui sont proposés mais il décline l’offre. Deuxième tentative: six cachets contenant un poison mortel sont livrés à un responsable cubain Juan Orta, qui «apparemment a eu peur et a demandé à se retirer» du projet, peut-on lire dans le dossier.

Troisième essai: un autre Cubain est recruté, le docteur Anthony Verona, un des principaux chefs de la «commission des exilés cubains». Contre 10.000 dollars, il se déclare prêt à organiser l'assassinat. Mais le projet est annulé après l'épisode de la Baie des Cochons.

Drogues, mises sur écoute, filatures…

Parmi les autres projets d'assassinats de dirigeants étrangers: celui de Patrice Lumumba, père de l'indépendance de la République démocratique du Congo, et de Rafael Trujillo, dictateur de la République dominicaine.

Mais les activités illégales ne s’arrêtaient pas là: on trouve des filatures et mises sur écoute de journalistes américains, la surveillance de militants antiguerre du Vietnam, l’ouverture de courriers en provenance et en direction de la Chine et de l'Union soviétique, (dont quatre lettres destinées à l'actrice Jane Fonda), ou encore des cambriolages au domicile d'ex-employés de la CIA.

Officiellement chargée de collecter des renseignements et de mener des opérations clandestines à l'étranger mais pas sur le territoire américain, la CIA a également financé des recherches destinées à tester les «réactions à certaines drogues» sur des citoyens américains.

Le déclic du Watergate


Ce dossier avait été commandé en mai 1973 par le directeur de la CIA de l'époque, après la révélation de l'implication de l'agence dans le scandale du Watergate. Jusqu'à maintenant, seules quelques dizaines de pages, fortement censurées, avaient été déclassifiées. Le dossier publié mardi contient encore quelques éléments censurés, pour des «raisons de sécurité», a précisé un porte-parole de la CIA.