Le rationnement d'essence passe mal

IRAN C’est un des plus gros producteurs de pétrole, et pourtant…

D'après AFP

— 

Le rationnement d'essence en Iran, entré en vigueur dans la nuit, a donné lieu à des actes de violence aux pompes à essence, devant lesquelles stationnaient mercredi matin des files interminables de voitures.
Le rationnement d'essence en Iran, entré en vigueur dans la nuit, a donné lieu à des actes de violence aux pompes à essence, devant lesquelles stationnaient mercredi matin des files interminables de voitures. — Behrouz Mehri AFP

Des députés iraniens cherchent à faire voter une proposition de loi pour annuler en urgence le plan de rationnement de l'essence, après les violences qui ont accompagné son entrée en vigueur pendant la nuit.
 
Cinq stations-service ont été incendiées à Téhéran dans la nuit de mardi à mercredi par des automobilistes en colère. Elles sont situées principalement dans les quartiers populaires de la ville. «Canon, char, feu de joie, Ahmadinejad doit être tué», ont même crié des manifestants à une station du quartier populaire de Pounak, dans le nord-ouest de la capitale.
 
Plan pour quatre mois
 
Le plan de rationnement a été annoncé par surprise mardi soir, quelques heures seulement avant son entrée en vigueur à minuit. L'Iran a beau être le deuxième exportateur mondial de pétrole, mais en raison de ses capacités de rafffinage limitées, le pays doit importer 50% de ses besoin en essence, ce qui coûte très cher aux finances publiques.

Le plan, prévu pour durer initialement quatre mois, et qui pourrait s'étendre sur six mois, accorde un quota de 100 litres d'essence par automobile et par mois. Ce montant est réduit à 30 litres pour les véhicules qui fonctionnent au gaz liquide (GPL) et porté à 800 litres pour les taxis officiels et à 600 litres pour les taxis privés et officiellement enregistrés.
 
Mercredi matin, d'énormes files d'attentes, de plusieurs kilomètres pour certaines, s'étaient formées aux abords des pompes, qui étaient protégées par des policiers en arme.
 
Annulation?
 
Des députés, majoritairement réformateurs et modérés, cherchent à faire voter en urgence une loi pour annuler le plan de rationnement après les violences, qui ont également touché certaines villes de province.
 
0,08 euro le litre
 
Le texte préparé par les députés prévoit l'abandon du rationnement et le maintien du prix de l'essence à 1.000 rials (0,08 euro). Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur et le ministre du Pétrole ont participé à une séance à huis clos au Parlement afin d'informer les députés.
 
«Nous voulons analyser les données dans les deux prochains mois et ensuite nous verrons combien de litres d'essence devront être vendus au prix libre», a déclaré le ministre du pétrole.