Allemagne: Les quadruplés nés d'une mère de 65 ans vont pouvoir rentrer chez eux

MEDECINE Les enfants sont nés prématurés en mai...

N.Beu. avec AFP

— 

Christoph Buehrer, chef du service de néonatologie de l'hôpital de la Charité à Berlin, le 27 mai 2015.
Christoph Buehrer, chef du service de néonatologie de l'hôpital de la Charité à Berlin, le 27 mai 2015. — Markus Schreiber/AP/SIPA

Des quadruplés nés grands prématurés d’une mère de 65 ans en mai dernier vont bien et devraient bientôt pouvoir quitter l’hôpital, a rapporté lundi la chaîne de télévision allemande RTL.

« Ce sont maintenant des enfants tout à fait normaux », a déclaré le chef du service de néonatologie de l’hôpital de la Charité à Berlin, Christoph Bührer, à la chaîne RTL, qui s’est assuré des droits exclusifs sur cette grossesse hors-norme. « Les quatre enfants ont très bien grandi et se sont développés comme ils l’auraient fait dans le ventre de leur mère », s’est réjoui le médecin. Les bébés étaient nés fin mai par césarienne, après seulement 26 semaines de grossesse. Selon les médecins de l’hôpital, « de grands risques » pesaient alors sur ces grands prématurés. Deux des quatre nouveau-nés avaient été placés sous assistance respiratoire.

Une grossesse controversée

Trois mois après leur naissance, les trois garçons Dries, Bence et Fjonn ainsi que leur sœur Neeta pèsent tous plus de 2,5 kilos. Dries s’est bien remis d’une opération à la tête effectuée il y a quatre semaines. Un caillot de sang empêchait le liquide cérébral de s’écouler. La petite Neeta avait quant à elle été opérée de l’intestin peu après sa naissance.

Selon Christoph Bührer, d’autres séjours à l’hôpital ne seront pas nécessaires. La grossesse controversée d’Annegret Raunigk, déjà mère de 13 enfants et grand-mère de 7 petits-enfants, avait relancé le débat sur les grossesses tardives en Allemagne et suscité un vif intérêt médiatique.

Ancienne professeure d’anglais et de russe à la retraite, cette Berlinoise avait procédé à des fécondations in vitro en Ukraine - une telle pratique étant interdite en Allemagne pour une femme de cet âge. Lors d’une interview en avril, elle avait balayé les critiques sur son manque de responsabilité, affirmant que c’était à chacun de décider pour soi-même s’il voulait devenir parent. « Les enfants me permettent de rester jeune », avait-elle alors expliqué.