L’Iran a transmis des documents sur son activité nucléaire à l’Agence de l’énergie atomique

MONDE C’est la suite logique de l’accord historique du 14 juillet…

V.V. avec AFP

— 

Le bâtiment de l'installation nucléaire du site de Bouchehr en Iran en octobre 2010
Le bâtiment de l'installation nucléaire du site de Bouchehr en Iran en octobre 2010 — Majid Asgaripour Mehr News

Aucun grain de sable iranien ne vient pour l’instant gripper l’accord historique intervenu le 14 juillet entre le régime de Téhéran et la communauté internationale. L’Iran a transmis des documents sur son activité nucléaire passée, conformément à ses engagements, a indiqué, samedi, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de vérifier le respect des engagements pris par Téhéran.

Les faits : Accord historique sur le nucléaire iranien

« L’Iran a fourni à l’AIEA des explications écrites et des documents, comme convenu dans la feuille de route, afin de clarifier les questions passées et présentes encore en suspens concernant le programme nucléaire de l’Iran », a indiqué l’agence de l’ONU, dans un bref communiqué publié samedi. « Nous avons respecté nos engagements dans les délais fixés dans l’accord », a confirmé le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique Behrouz Kamalvandi.

Les résultats de l’enquête connus le 15 décembre

Cet accord a pour objectif de garantir que le programme nucléaire iranien ne peut avoir de débouchés militaires, en échange d’une levée progressive des sanctions internationales imposées en 2006 et qui étouffent l’économie du pays.

 

Accord sur le nucléaire iranien - P.Pizarro/S.Huet/T.Saint-Cricq AFP


Téhéran, qui l’a toujours démenti, est soupçonné d’avoir mené des recherches clandestines jusqu’en 2003, et peut-être au-delà, pour un programme nucléaire militaire. La levée de ces sanctions est conditionnée aux vérifications réalisées par l’AIEA qui veut avoir accès aux scientifiques, documents et sites soupçonnés d’être liés à ces recherches, et doit rendre les résultats de son enquête le 15 décembre.