USA 2016: Al Gore peut-il contrarier Hillary Clinton?

ETATS-UNIS Face à la baisse de la favorite démocrate dans les sondages, l’ancien vice-président n’écarterait pas une candidature de dernière minute…

Philippe Berry

— 

L'ancien vice-président américaine, Al Gore, le 9 juillet 2015.
L'ancien vice-président américaine, Al Gore, le 9 juillet 2015. — SIPA

Al Gore y pense-t-il en se rasant ? Tous les quatre ans, c’est le serpent de mer : une éventuelle candidature de l’ancien vice-président de Bill Clinton, malheureux en 2000 face à Bush, qui viendrait secouer la primaire démocrate. Alors qu’Hillary Clinton ne semble plus tout à fait aussi imprenable après sa baisse récente dans les sondages, un article de BuzzFeed relance la rumeur Gore. Qui, via un proche, dément. Pour l’instant.

>> En images : Les candidats démocrates à l’investiture

Selon BuzzFeed, des cadres de la campagne de Gore de 2000 sont en train « de reformer le groupe ». Ils cherchent à déterminer « s’il y a un espace, financièrement et politiquement » pour leur poulain. Des bruits de couloir, donc, mais une candidature est « improbable », avertit son ancien conseiller Roy Neel. Une source de NBC enfonce le clou et juge les rumeurs « exagérées ». Mais selon ABC, la porte reste ouverte autour d’une « discussion informelle ».

Un goût d’inachevé pour Gore

Si les Etats-Unis votaient au scrutin direct, Al Gore aurait été le 43e président américain. En 2000, il avait en effet remporté le vote populaire avec 500.000 voix d’avance sur George W. Bush. Mais après un recompte de plusieurs semaines et une décision de la Cour suprême, il avait perdu la Floride, s’inclinant sur le nombre total de délégués (grands électeurs).

Par la suite, Al Gore a tourné son combat contre le changement climatique avec le livre, puis le documentaire, Une Vérité qui dérange. Recomposé par un Oscar puis par le Nobel de la paix en 2007, il a depuis pris ses distances avec le monde politique.

La popularité de Clinton en baisse

Alors, foncera, foncera pas ? Tout dépendra de l’évolution des sondages d’Hillary Clinton. Au niveau national, elle a perdu une dizaine de points sur ses plus hauts, à 55 % d'intentions de vote chez les démocrates, mais elle continue d’écraser la concurrence avec 35 % d’avance sur Bernie Sanders. Sauf que selon une étude récente, le socialiste a dépassé Clinton pour la première fois dans le New Hampshire, second Etat à voter après l’Iowa.

Entre les polémiques sur ses emails ou l’argent de la fondation Clinton, le problème d’Hillary reste son impopularité au niveau national. A 48,4 % d’opinions défavorables, contre 41,5 % d’avis favorables, elle se trouve désormais dans le rouge, selon la moyenne du Huffington Post. Le consensus aux Etats-Unis, c’est qu’elle est compétente mais froide et opaque, ce que les républicains exploitent pour l’instant plutôt bien.

Comme Joe Biden, Al Gore attend vraisemblablement de voir de quel côté tournera le vent. Dans le New Hampshire, qui vote le 9 février, la date limite pour déposer sa candidature est au 1er novembre, ce qui laisse encore un peu de marge aux candidats de dernière minute. A 67 ans, Al Gore a le même âge qu’Hillary Clinton et cinq ans de plus que Jeb Bush. Pour l’histoire, une revanche Gore vs Bush, 16 ans après, aurait une certaine saveur…