Explosions à Tianjin: 200 experts se mettent au travail

CHINE L'origine de l'incendie qui a provoqué les deux explosions reste mystérieuse...

P.B. avec AFP
— 
A Tianjin, plusieurs incendies n'étaient pas encore totalement éteints, le 13 août 2015, 36 heures après l'explosion qui a fait 50 morts.
A Tianjin, plusieurs incendies n'étaient pas encore totalement éteints, le 13 août 2015, 36 heures après l'explosion qui a fait 50 morts. — M.TAMURA/SIPA

36 heures après le cauchemar, Tianjin panse encore ses plaies. Jeudi, plus de 200 experts militaires des armes chimiques et nucléaires ont entamé leurs travaux après les deux gigantesques explosions qui ont fait au moins 50 morts et plus de 700 blessés dans cette métropole portuaire de l’est de la Chine.

La catastrophe a fait au moins 50 morts et quelque 700 blessés, dont 71 se trouvaient dans un état critique, selon un bilan officiel actualisé diffusé jeudi soir par l’agence de presse Chine nouvelle.

Les blessés affluaient jeudi aux urgences des hôpitaux de la ville, transportés sur des civières et pour beaucoup le visage ou les membres couverts de sang.

Deux dirigeants entendus par les autorités

Deux dirigeants de Rui Hai Logistics, le propriétaire de l’entrepôt de produits chimiques qui a explosé, étaient toujours entendus par les autorités, sans que rien n’ait filtré dans les médias contrôlés d’une poigne de fer par l’Etat. La veille, un incendie s’est déclaré vers 22h50, environ 30 minutes avant la double explosion.

Un millier de pompiers et 143 véhicules à incendie ont été déployés jeudi autour des entrepôts, avant que le feu ne soit « sous contrôle » dans l’après-midi. Une équipe de 217 militaires spécialistes des armes nucléaires, bactériologiques et chimiques est également arrivée sur place pour participer aux opérations de nettoyage.

Des produits toxiques dans l’air

Ces experts ont effectué des relevés dans l’air ambiant, a précisé Chine nouvelle, selon laquelle les membres des équipes de secours ont reçu l’ordre de revêtir des combinaisons de protection.

Des composants chimiques « toxiques et nocifs » ont en effet été détectés dans l’air, a annoncé Wen Wurui, directeur du département de l’environnement à la municipalité de Tianjin. Mais « les niveaux observés ne sont pas excessivement au-dessus de la normale », a-t-il tempéré, au cours d’un briefing télévisé.

Environ 10.000 voitures neuves récemment importées ont été détruites par le feu, dont près de 2.750 de l’Allemand Volkswagen, selon le journal Qilu Wanbao. Le constructeur français Renault, contacté par l’AFP, a fait état de 1.500 de ses véhicules détruits.