Gilad Shalit : Ehud Olmert ne discutera pas avec le Hamas

PROCHE-ORIENT C'est ce qu'affirme le Premier ministre israélien après la diffusion d'un enregistrement du soldat enlevé...

avec AFP

— 

L'éventualité d'un dénouement de l'affaire de la capture d'un soldat israélien fin juin semblait se dessiner lundi à quelques jours d'un sommet israélo-égyptien, les dirigeants israéliens prônant la discrétion.
L'éventualité d'un dénouement de l'affaire de la capture d'un soldat israélien fin juin semblait se dessiner lundi à quelques jours d'un sommet israélo-égyptien, les dirigeants israéliens prônant la discrétion. — Pedro Ugarte AFP/Archives

Ehud Olmert a affirmé lundi qu'Israël «ne parlera pas» avec le Hamas après la diffusion d'un message enregistré attribué au soldat Gilad Shalit. «Le Hamas n'est pas un partenaire», a réaffirmé le Premier ministre israélien dans des propos rapportés par les médias israéliens avant son départ pour le sommet quadripartite israélo-arabe de Charm el-Cheikh (Egypte). «La cassette audio est une preuve de plus de la cruauté du Hamas et cela sera évoqué lors du sommet», a-t-il encore affirmé.

Une santé dégradée pour Gilad Shalit

Un an jour pour jour après avoir été enlevé, le soldat israélien Gilad Shalit a affirmé un peu plus tôt que sa santé ne cesse de se dégrader, dans un message audio diffusé par la branche armée du Hamas. «J'ai besoin d'une hospitalisation prolongée», avait-t-il affirmé en hébreu le soldat israélien dans son message.

«A mon avis, il faut parler avec le Hamas pour permettre un retour de Gilad Shalit chez lui», avait réagi le vice-Premier ministre israélien Eli Yishaï, également membre du cabinet de sécurité israélien. Il avait précisé qu'il appelait à des pourparlers avec le Hamas uniquement en vue d'un «échange de prisonniers» et «sans aucun rapport avec la politique, car ce mouvement réclame la destruction d'Israël».

Gilad Shalit avait été enlevé le 25 juin 2006 par trois groupes armés palestiniens, dont celui du Hamas, en territoire israélien, à la lisière de la bande de Gaza.

Le patron de la Croix rouge internationale, Jakob Kellenberger, a «déploré vivement» le refus opposé par le Hamas de pouvoir accéder à Gilad Shalit. Les ravisseurs ne respectent pas le droit humanitaire international, a-t-il dénoncé sur le site internet du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). «Dans le cas des trois soldats israéliens, nous déplorons vivement le fait que le Hezbollah au Liban et les factions palestiniennes à Gaza aient jusqu'à ce jour refusé à nos délégués l'accès aux détenus, et que plusieurs tentatives visant à transmettre des nouvelles aux familles ou à obtenir un signe de vie aient été rejetées», a-t-il affirmé.