La «sécheresse parfaite» menace Los Angeles

ENVIRONNEMENT La rareté de l’eau et l’augmentation de la population vont obliger les habitants de LA à changer leurs habitudes…

— 

Plus de golf, plus de pelouse chatoyante, plus de batailles de T-shirts mouillés, plus de voitures rutilantes… A moins d’une erreur des climatologues, le sud de la Californie et les clichés qui vont avec ne seront bientôt qu’un souvenir de celluloïd. Avec seulement 8,15 cm de pluie depuis le 30 juin 2006, Los Angeles connaît son année la plus sèche depuis 1877. «Si vous trouvez que c’est sec en ce moment, accrochez vous bien parce que ça va devenir encore plus sec» prévient un climatologue de la NASA William Patzert. Et il poursuit: «Avec l’augmentation de la population et le déclin d’eau, il y a tous les ingrédients nécessaires à une sécheresse parfaite».

Selon le centre national de la sécheresse américain, la Californie du sud endure cette année en effet une «sécheresse extrême» et aucune pluie n’est prévue avant septembre. Des chiffres dignes de la «Vallée de la mort» selon Patzert.

«La sécheresse parfaite»


Ce sont les montagnes du Sierra Nevada qui approvisionnent d’ordinaire 50% des précipitations de LA. Cette année, elles n’ont fourni que 20% du volume habituel et le stock de neige est à son niveau le plus bas depuis 20 ans.

Des golfs à l’eau potable

«Encore deux années comme celle-ci et nous devrons prendre des mesures drastiques», explique David Nahai, président de la commission de l’eau et de l’énergie de la ville. Parmi les mesures qui pourraient alors être mises en place, on retrouve en première ligne la restriction d’eau habituelles comme l’interdiction d’utiliser le tuyau d’arrosage, ou de laver sa voiture en période de sécheresse. De quoi bouleverser les habitudes de la Cité des Anges où une majorité de ses habitants lave sa voiture deux fois par semaines. «C’est écoeurant. A Los Angeles, les parcs et les golfs sont irrigués en eau potable. On doit rééduquer les gens sur la façon de vivre dans cette région», s’offusque David Nahai.