Il laisse sa fille se noyer à Dubaï… L’histoire date de 1996

FAUSSE INFO La noyade, reprise par de nombreux médias, dont «20Minutes» lundi, est vieille de près de vingt ans…

T.L.G.
— 
Plage de Dubaï, illustration.
Plage de Dubaï, illustration. — Kamran Jebreili/AP/SIPA

La noyade tragique à Dubaï, rapportée cette semaine par de nombreux médias français (dont 20 Minutes) et européens, est en réalité vieille de près de vingt ans. Le site Internet Emirates 24/7 donne en premier cette information dimanche 9 août dernier. Une jeune femme de 20 ans se serait noyée sur une plage des Emirats arabes unis car son père aurait refusé l’intervention des secours. Cet homme d’origine asiatique aurait empêché que sa fille soit touchée par « des inconnus ». L’Agence France Presse (AFP) la reprend le lendemain soir dans une dépêche, ce qui provoque une reprise importante de ce faits-divers, qui n'avait été relayé jusque-là que par quelques sites. Problème : l’information n’est jamais datée.

Mardi, la rubrique Media Monkey du Guardian se penche sur cette noyade. Le site britannique écrit dans son article que « The Mail, Telegraph, Metro et même SkyNews ont tous sauté sur l’affaire, via l’AFP ». Le journaliste ajoute que l’accident remonte pourtant « à près de deux décennies ». Le fait divers était évoqué dans le cadre d’une série d’interviews, développe le journal. Les sauveteurs en mer étaient invités à raconter leurs souvenirs de carrière les plus étranges. La noyade remonterait ainsi à 1996. Pour preuve, le journaliste cite dans son articule une source… anonyme.

Mais le correspondant du Guardian au Moyen-Orient se fait plus précis sur Twitter:

To clarify: the story making the rounds today about the Dubai "honor drowning" happened in 1996, almost 20 years ago.
— Kareem Shaheen (@kshaheen) August 11, 2015
Had anyone actually bothered to look at the newspaper that published it or called Dubai Police to verify, they would have found out.
— Kareem Shaheen (@kshaheen) August 11, 2015

Les citations entretiennent le doute

A la relecture, l’article du site Emirates 24/7 est très ambigu sur l’emploi des temps. Le titre laisse penser que l’histoire est toute récente. « Un père laisse sa fille se noyer plutôt que de la laisser être touchée par des sauveteurs ». Mais les citations du chef de la police interrogé entretiennent le doute. « C’est un des incidents que je n’arrive pas à oublier », déclare par exemple Ahmed Burqibah.

Dans une version actualisée ce mercredi, le site émirati précise que l’officier relatait en fait « certaines des pires affaires de sa carrière ».

« Oui c’est une vieille histoire qui remonte à 1996 », a finalement répondu la police de Dubaï par un tweet à une question de l’AFP, qui a publié une nouvelle dépêche corrigée ce mercredi.

@WissamKeyrouz نعم ، الحادث قديم ويعود لسنة 1996.
— Dubai Policeشرطة دبي (@DubaiPoliceHQ) August 12, 2015