Proche-Orient: Le père du bébé palestinien brûlé vif succombe à ses blessures

ETATS-UNIS Leur maison avait été attaquée aux cocktails Molotov il y a une semaine par des extrémistes juifs...

20 Minutes avec AFP
— 
Les Palestiniens ont procédé aux funérailles de l'enfant, vendredi 31 juillet.
Les Palestiniens ont procédé aux funérailles de l'enfant, vendredi 31 juillet. — Majdi Mohammed/AP/SIPA

Saad Dawabcheh, le père du bébé palestinien brûlé vif il y a une semaine par des extrémistes juifs, a succombé à ses blessures dans l'hôpital israélien où il avait été admis, a annoncé samedi un responsable palestinien.

Ghassan Daghlas, responsable au sein de l'Autorité palestinienne pour le nord de la Cisjordanie occupée où se trouve Douma, le village où la maison de la famille Dawabcheh a été incendiée, a ajouté qu'autorités palestiniennes et israéliennes étaient en contact pour organiser le transfert de son corps pour des funérailles prévues dans la journée.

Bébé palestinien brûlé vif: «Désigner les colons comme des terroristes est un fait nouveau pour Israël»

«Saad Dawabcheh est mort et des préparatifs sont en cours pour tenir ses funérailles à Naplouse», la grande ville proche de Douma, a affirmé à l'AFP ce responsable chargé du dossier de la colonisation dans le nord de la Cisjordanie. Les Palestiniens accusent des colons d'avoir mené cette attaque, que les dirigeants israéliens unanimes ont qualifiée de «terrorisme», un qualificatif extrêmement rarement utilisé par l'Etat hébreu lors d'attaques contre des Palestiniens. La famille Dawabcheh à Douma a également confirmé ce décès, une semaine après une attaque qui a provoqué une vive émotion dans les Territoires occupés, à l'étranger et en Israël.

La mère est toujours entre la vie et la mort

Le 31 juillet, avant l'aube, des hommes masqués ont lancé des cocktails Molotov sur la maison des Dawabcheh, qui avaient laissé les fenêtres ouvertes en raison de la chaleur. La petite habitation a aussitôt été réduite à un tas de cendres, seuls les murs subsistant, recouverts des mots «Vengeance» et «Prix à payer», la signature habituelle des colons et activistes de l'extrême droite.

Ali, 18 mois, a péri brûlé vif, alors que sa mère Riham, 26 ans, et son père Saad ont été hospitalisés, le corps couvert à 90% de brûlures au troisième degré. La mère se débat toujours entre la vie et la mort tandis que leur autre fils, Ahmed, 4 ans, aurait montré des signes positifs de rétablissement ces derniers jours, les médias locaux rapportant qu'il aurait ouvert les yeux et même prononcé des mots.