VIDEO. USA2016: Les cinq moments inratables du début de la campagne républicaine

POLITIQUE Le « troll » Donald Trump, les vidéos improbables de Ted Cruz et de Rand Paul ou encore le T-shirt de Jeb Bush n'ont pas pu vous échapper…

B.D.

— 

Les 10 candidats en tête des sondages pour les primaires au sein du parti Républicain en vue de la présidentielle américaine de 2016.
Les 10 candidats en tête des sondages pour les primaires au sein du parti Républicain en vue de la présidentielle américaine de 2016. — AP/SIPA

Ils sont 17 prétendants républicains à l’investiture de leur parti pour tenter de conquérir la Maison Blanche en 2016, et ils vont s’affronter, lors de deux débats ce jeudi, retransmis sur Fox News, en partenariat avec Facebook. L’occasion de revenir sur les moments de ce début de campagne qu’il ne fallait pas rater côté républicain.

  • Donald Trump se fait tacler pour l’ensemble de son œuvre, et réplique

Donald Trump joue le « troll » depuis le début de cette campagne. Il a commencé en beauté en juin, jugeant dans un discours que les clandestins mexicains étaient des « trafiquants de drogue », des « criminels » et des « violeurs ». Il a par la suite estimé que le sénateur républicain John McCain était « un héros de guerre parce qu’il avait été capturé ». Des propos qui ont fait dire à Lindsey Graham que la primaire tournait au « cirque » et que Trump était « le plus gros imbécile du monde ». Le magnat de l’immobilier a répliqué en divulguant, lors d’un meeting en Caroline du Sud, le numéro personnel de Graham. Ce dernier a choisi de répondre par l’humour avec une vidéo intitulée « Comment détruire son portable avec Lindsay Graham », ponctuée d’un : « Et si tout ça ne fonctionne pas, vous pouvez toujours donner votre numéro à Donald. »

  • Rand Paul découpe le code des impôts à la tronçonneuse

Face à Donald Trump, les candidats républicains ne savent décidément plus quoi inventer pour faire parler d’eux. Le sénateur libertarien Rand Paul a ainsi diffusé fin juillet une vidéo de campagne le montrant en train de « tuer le Code des impôts ». Littéralement. On le voit empiler dans une brouette les pages du fameux code, puis s’emparer d’une tronçonneuse pour le réduire en miettes, au son de l’hymne américain.

  • Mike Huckabee accuse Obama d’amener les Israéliens « à la porte du four »

L’accord sur le nucléaire iranien, conclu le 14 juillet et défendu par le président des États-Unis, fait monter les Républicains sur leurs grands chevaux. Alors que le texte doit passer devant le Congrès en septembre, Mike Huckabee n’a pas fait dans la dentelle, jugeant dans une interview fin juillet qu’avec cet accord, l’administration Obama conduisait les Israéliens « à la porte des fours » crématoires.

  • Ted Cruz fait cuire son bacon sur un fusil d’assaut

Quand on est un Républicain en campagne, il est de mise d’afficher son soutien au 2e amendement de la Constitution. Encore plus quand on est sénateur du Texas. Ted Cruz a donc saisi l’occasion de se faire remarquer en début de semaine, en diffusant une vidéo où il fait cuire du bacon… sur le canon d’un fusil d’assaut. « Il y a peu de chose que j’apprécie plus que de cuisiner du bacon en famille le week-end », lance-t-il, précisant qu’« au Texas, on le cuit un peu différemment ». Il enroule ensuite une tranche de bacon autour du canon d’un fusil, le couvre de papier aluminium, et vide deux chargeurs sur une cible. Maïté peut aller se rhabiller.

  • Pour Ben Carson, être homosexuel est un choix

Début mars, le candidat (et neurochirurgien !) a affirmé à CNN qu’être gay était « absolument » un choix, et que l’on pouvait « contrôler » sa sexualité. Il a, pour étayer ses propos, fait une référence douteuse aux « personnes qui entrent hétérosexuelles en prison et en ressortent homosexuelles ». Vu le tollé que ses propos ont soulevé, il a présenté le lendemain des excuses sur Facebook, expliquant que « les mots choisis ne reflétaient pas [sa] position sur les questions en lien avec l’homosexualité » et regrettant que ses mots aient pu « blesser ».

  • BONUS. Jeb Bush admire son papa. Et il le dit sur un T-shirt.

Le fils et frère de a un prénom à se faire. Pourtant, l’ancien gouverneur de Floride n’a pas hésité à mettre en avant son papa lors d’une interview. Lundi, Jeb Bush a ainsi déclaré qu’il ne pouvait pas critiquer son père, qui est selon lui « l’homme le plus parfait du monde ». « En fait, j’ai même un T-shirt qui dit : “Mon père est l’homme le plus parfait du monde, et si vous avez un problème avec ça on peut aller s’expliquer dehors “», précise le candidat. Le T-shirt en question est en vente sur son site de campagne pour la modique somme de 25 dollars (22,90 euros).