VIDEO. MH370: L’Australie est «sûre» de chercher l'avion au bon endroit

AUSTRALIE Les autorités australiennes prévoient de fouiller près de 120.000 km2 de fonds marins...

M.C. avec AFP
— 
Des policiers français inspectent des débris métalliques trouvés sur une plage de la Réunion, le 2 août 2015.
Des policiers français inspectent des débris métalliques trouvés sur une plage de la Réunion, le 2 août 2015. — RICHARD BOUHET / AFP

Plus de 500 jours après la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines, l'Australie veut se montrer confiante. Les autorités australiennes se sont dites «sûres» jeudi de chercher l'avion au bon endroit et qu'il serait retrouvé après la confirmation apportée par le Premier ministre malaisien que le débris découvert appartenait bien au Boeing disparu en mars 2014.

La découverte du fragment d'aile sur l'île de La Réunion est «cohérente avec tout le travail que nous avons effectué et ainsi, nous sommes sûrs que nous cherchons au bon endroit et que nous y trouverons l'appareil», a indiqué Martin Dolan, le commissaire en chef du Bureau australien de la sécurité des transports, interrogé par ABC NewsRadio. Le commissaire a cependant souligné qu'il était «trop tôt» pour dire ce qui était arrivé, ajoutant qu'un «examen approfondi (du flaperon) était nécessaire pour savoir ce que l'on peut en apprendre».

Disparition du vol MH370: Le point sur l'enquête

L'Australie dirige les recherches pour tenter de retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines qui s'est volatilisé peu après son décollage de Kuala Lumpur pour Pékin, avec 239 personnes à bord, et se serait abîmé dans l'océan Indien. Les autorités prévoient de fouiller près de 120.000 km2 de fonds marins.

«L'arrivée de ce flaperon à La Réunion concorde avec notre zone de recherche»

L'Australie a annoncé mercredi que des expériences de simulation de dérive fondées sur les courants océaniques démontraient que le débris trouvé à La Réunion pouvait provenir de la zone de recherches dans l'océan Indien. «Cela sous-entend que l'arrivée de ce flaperon à La Réunion concorde avec notre zone de recherche, dont les contours étaient basés sur des données satellite», a précisé Martin Dolan jeudi.

«Nous continuerons nos recherches dans la zone prévue», a poursuivi le commissaire, indiquant que «deux navires sont toujours sur zone dans l'océan Indien avec un sonar remorqué et ils fouilleront la mer méticuleusement dans la zone précisée. Nous espérons investir plus dans les recherches avec l'amélioration des conditions météo.