Israël promet la «tolérance zéro» contre l'extrémisme après la mort d'une adolescente poignardée lors de la Gay Pride

MONDE Elle a été poignardée par un extrêmiste…

A.Ch. avec AFP

— 

Un participant blessé à la Gay Pride le 30 juillet 2015 à Jérusalem
Un participant blessé à la Gay Pride le 30 juillet 2015 à Jérusalem — EMIL SALMAN HAARETZ NEWSPAPER

Une adolescente israélienne de 16 ans a succombé dimanche à ses blessures après avoir été poignardée avec cinq autres personnes par un extrémiste juif lors de la Gay Pride à Jérusalem jeudi soir, a annoncé l'hôpital Hadassah de Jérusalem où elle avait été admise.

L'homme, aussitôt arrêté et inculpé, venait de purger 10 ans de prison pour une attaque similaire qui avait fait trois blessés lors de la Gay Pride de Jérusalem en 2005. L'incendie le lendemain de l'attaque d'une maison palestinienne dans lequel un bébé est mort brûlé vif, a lancé un vif débat en Israël sur l'«impunité» dont bénéficieraient les extrémistes juifs.

Tolérance zéro

Ces deux attaques ont provoqué la consternation et une volée de critiques en Israël et dans les Territoires palestiniens, comme à l'étranger. De l'opposition israélienne à l'ONU en passant par les Palestiniens, tous ont dénoncé des violences rendues possibles par «l'impunité» dont jouissent, selon différentes ONG, les colons et autres activistes d'extrême droite. Face aux pressions, Benjamin Netanyahu a promis dimanche matin la «tolérance zéro» et son ministre de la Défense Moshé Yaalon a autorisé la mise en détention administrative, c'est-à-dire sans charge et pour une durée illimitée, d'extrémistes juifs. Cette mesure, habituellement réservée aux Palestiniens, pourrait donner aux enquêteurs le temps de réunir les preuves nécessaires à un procès, expliquent les médias.