Il y a trop de candidats républicains pour le premier débat

USA 2016 Avec 17 rivaux, Fox News est contraint de créer deux divisions pour le grand oral du 6 août...

Philippe Berry

— 

Les 15 principaux candidats républicains à la primaire de 2016
Les 15 principaux candidats républicains à la primaire de 2016 — 20 minutes - Slideshow

Qui aura le droit de jouer dans la cour des grands? Qui sera relégué à la table des enfants? Ils sont pour l'instant 17 candidats républicains majeurs dans la course à l'investiture. C'est trop pour le plateau de Fox News, qui organise le premier débat télévisé le 6 août, à Cincinnati, dans l'Ohio. Du coup, la chaîne a finalement décidé de scinder l'événement en deux, sur la base de sondages récents. On devrait être fixé mardi soir sur la composition des groupes.

Les 10 premiers en prime time

Sur le papier, c'est plutôt simple. Fox News va faire la moyenne des cinq sondages nationaux les plus récents pour choisir les 10 premiers candidats. A 21h00 (3h00 du matin le 7 août, heure de Paris), ils croiseront le fer pendant 90 minutes. Pour l'instant, huit prétendants sont quasi-assurés de participer. Dans l'ordre: Donald Trump, Jeb Bush, Scott Walker, Marco Rubio, Rand Paul, Mike Huckabee, Ben Carson et Ted Cruz. Derrière, ils sont trois pour deux places: le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, l'ancien banquier et animateur de talk-show, John Kasich, et le gouverneur du Texas, Rick Perry.

Les autres dans le petit bassin

Les autres candidats auront droit à 1h00 de débat pour chauffer la salle, à 20h00. A la base, le seuil de qualification avait été fixé à 1% par Fox News. Mais parce que certaines personnalités majeures risquent de ne pas l'atteindre, comme le sénateur Lindsey Graham ou l'ancienne patronne de Hewlett Packard –la seule femme du lot– Carly Fiorina, la chaîne a finalement levé cette restriction. Au total, il y a plus de 100 candidats officiellement déclarés mais Fox News ne devrait en retenir que six ou sept.

Qui joue gros?

Donald Trump. Avec son ascension météorique en partie créée par une bulle médiatique et une grogne contre l’establishment de Washington, le milliardaire doit convaincre qu'il a un peu de substance derrière les insultes théâtrales. Les favoris (Bush, Walker et Rubio), eux, devront réussir à le discréditer sans tomber dans le panneau de la provocation. Enfin, certains noms moins connus du grand public, comme le neurochirurgien Ben Carson ou le cowboy Ted Cruz doivent absolument marquer des points s'ils veulent s'installer sur la durée. La mêlée promet.