Etats-Unis: Des psychologues ne veulent plus participer à des interrogatoires

TORTURE Les dirigeants de l'Association américaine de psychologie veulent interdire aux adhérents de participer à des interrogatoires de l'armée ou des services de renseignement...

20 Minutes avec AFP

— 

Une simulation de «waterboarding» par des manifestants.
Une simulation de «waterboarding» par des manifestants. — T.A.CLARY/AFP

Les psychologues ne pourront plus participer aux interrogatoires. Les dirigeants de l'Association américaine de psychologie (APA) vont recommander un renforcement des règles éthiques pour interdire aux adhérents de participer à des interrogatoires de l'armée ou des services de renseignement, a indiqué vendredi un responsable.

Le conseil d'administration de l'APA, le plus grand groupement professionnel de psychologues aux Etats-Unis, «devrait soumettre cette recommandation au vote de ses membres lors de la conférence annuelle de l'association à Toronto» au Canada, prévue du 1er au 3 août, a-t-il précisé sous couvert d'anonymat.

Si elle était adoptée, cette règle ferait que toute participation d'un psychologue à des interrogatoires relevant de la sécurité nationale, dont les activités antiterroristes, transgresserait la politique éthique de l'APA.

Les méthodes d'interrogatoire dites non-coercitives concernées

Cette règle s'appliquerait également aux méthodes d'interrogatoire dites non-coercitives auxquelles recourt l'administration américaine actuelle.

En 2009, le président Barack Obama avait signé un décret interdisant le recours aux techniques brutales d'interrogatoire utilisées pendant la présidence de son prédécesseur, George W. Bush, comme notamment la simulation de noyade ou «waterboarding», considérée désormais comme de la torture.

La recommandation des responsables de l'APA répond à un rapport publié plus tôt en juillet, contenant les résultats d'une enquête indépendante sur la participation de psychologues reconnus à des programmes d'interrogatoire musclés de l'agence américaine de renseignement CIA et du ministère de la Défense du temps de l'administration Bush.

Une enquête menée pour l'APA

Cette enquête menée pour le conseil d'administration de l'APA par un avocat de Chicago, David Hoffman, a déterminé qu'il y avait eu collusion entre des responsables de l'APA pour aligner les politiques de cette dernière sur celles du Pentagone, de manière à ce que des psychologues puissent participer à ces interrogatoires.

Les enquêteurs ont également établi que des psychologues respectés avaient aidé la CIA à dissimuler certains aspects de son programme d'interrogatoire pour qu'il ne puisse pas être remis en question éthiquement par des médecins et d'autres professionnels de santé.

«Le rapport Hoffman contient des faits très troublants qui révèlent des exemples préoccupants de collusion qui n'étaient pas connus», avait souligné après la publication du document Susan McDaniel, membre du comité spécial indépendant de l'APA chargé de faire la lumière sur ces pratiques.