La Turquie accuse l'Europe d'être responsable des noyades de migrants dans la mer

MONDE Et il a aussi critiqué l’Europe qui ne réussit pas à accueillir les réfugiés quand la Turquie en accueille deux millions…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président turc Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara le 11 juin 2015
Le président turc Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara le 11 juin 2015 — ADEM ALTAN AFP

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a accusé vendredi l’Union européenne de ne pas en faire assez pour régler la crise des migrants touchant ses pays, suggérant qu’elle était responsable de la situation des noyades dans la mer Méditerranée.

Dans un discours prononcé devant un think tank militaire à Jakarta, Recep Tayyip Erdogan a mis en exergue la politique de la Turquie qui accueille deux millions de réfugiés, critiquant l’Europe incapable selon lui d’accueillir dix fois moins de migrants.

Deux millions de réfugiés en Turquie contre 200.000 en Europe

« Un total de deux millions de réfugiés -- 300.000 d’Irak, 1,7 million de Syrie -- sont actuellement hébergés par la Turquie, voilà le pays que nous sommes », a déclaré Recep Tayyip Erdogan, en déplacement officiel en Indonésie.

« Mais quand on regarde l’ensemble de l’Europe, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas été capables d’accueillir seulement 200.000 réfugiés dans leurs pays », a-t-il ajouté.

La Turquie a sauvé de nombreux migrants essayant de traverser la Méditerranée pour rejoindre l’Europe, alors que les attitudes et politiques de l’UE sont « telles que ces gens finissent par se noyer dans la mer », a-t-il dit.

Sommet européen houleux

L’afflux de dizaines de milliers de migrants mobilise l’ensemble des gouvernements européens. Fin juin, un sommet européen avait arrêté au terme de débats houleux le principe d’une répartition de 60.000 migrants dans l’UE sur une base volontaire, les Etats membres proposant leur contribution.

Selon les estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en date du 10 juillet, plus de 150.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer depuis le début de l’année, pour moitié en Italie, où les arrivées sont encore supérieures aux records enregistrés en 2014, et pour moitié en Grèce, où elles connaissent une croissance exponentielle.