Powell rejette la proposition d’Annan

© 20 minutes

— 

L’Irak n’a pas fini d’envenimer les relations entre Washington et l’ONU. Devant le Conseil de sécurité, mercredi soir, Kofi Annan, sortant de son habituelle réserve, a accusé les Etats-Unis d’avoir failli dans la sécurisation de l’Irak. Pour que les Nations unies puissent « être en mesure de contribuer au rétablissement de l’Irak, il est essentiel qu’un environnement de sécurité soit créé, a-t-il martelé. Ceci est l’ultime responsabilité de la coalition. » Hier, lors d’un entretien en tête-à-tête avec le secrétaire d’Etat américain, il a de nouveau fait part de son point de vue et notamment de la volonté des Nations unies de jouer un plus grand rôle dans le pays. Pour l’instant, l’ONU est essentiellement cantonnée aux questions humanitaires. Mais les faucons de l’administration Bush ne sont pas prêts à céder à l’organisation le contrôle qu’ils exercent sur le pays. Ils espèrent, en revanche, obtenir davantage de soutien militaire de ses pays membres. Après son entretien avec le secrétaire général de l’ONU, Colin Powell a déclaré que les Etats-Unis allaient demander une nouvelle résolution sur l’Irak au Conseil de sécurité, qui encouragerait d’autres pays à rejoindre les forces américano-britanniques sur le terrain. Pour répondre à Kofi Annan, il a également précisé que « la question de céder l’autorité aux Nations unies n’était pas une question qui se posait ». Actuellement 138 000 GI et 22 000 soldats appartenant à 30 nations sont déployés. Une force insuffisante pour rétablir l’ordre. Clémence Lemaistre

capture Le cousin de Saddam Hussein, Ali Hassan al-Majid, alias « Ali le chimique », a été capturé, ont annoncé hier les Américains. En 1988, il avait ordonné le bombardement au gaz ypérite de la ville kurde d’Halabja, causant des milliers de morts.