Depardieu interdit d'entrée en Ukraine pour cinq ans

CINEMA Cette décision pourrait avoir été motivée par des déclarations pro-russes de l'acteur...

20 Minutes avec AFP
— 
Depardieu, près de Minsk, en Russie, le 22 juillet 2015.
Depardieu, près de Minsk, en Russie, le 22 juillet 2015. — Andrei Stasevich/AP/SIPA

L’acteur français Gérard Depardieu est interdit d’entrée en Ukraine, après avoir déclaré que le pays faisait « partie de la Russie », a annoncé mardi le service de sécurité ukrainien, le SBU.

Gérard Depardieu apprend à faucher les foins avec Loukachenko, dirigeant autoritaire du Bélarus

Devenu citoyen russe il y a plus de deux ans sur ordre du président russe Vladimir Poutine, Gérard Depardieu est interdit d’entrée en Ukraine « pour cinq ans sur demande du ministère ukrainien de la Culture », a expliqué la porte-parole du SBU, Olena Guitlianska.

Bien que la porte-parole n’a pas donné davantage de précisions, plusieurs médias estimaient mardi que la demande du ministère ukrainien a pu être motivée par certaines déclarations prorusses de l’acteur.

«J'aime la Russie»

En août 2014, alors que des combats entre séparatistes prorusses et soldats ukrainiens faisaient rage dans l’est de l’Ukraine, Gérard Depardieu avait ainsi remis en cause la souveraineté de l’Ukraine, déclarant : « J’aime la Russie et l’Ukraine, qui fait partie de la Russie ».

Depardieu veut tourner un film sur la Tchétchénie de son «ami» Kadyrov

L'acteur français avait également pris la défense de la Russie en septembre 2014, se déclarant « très fier » de la Serbie qui avait refusé de s’associer aux sanctions européennes prises contre Moscou pour son rôle dans le conflit ukrainien.

«Je n'aime pas la guerre»

Interrogé en mai à Cannes, sur la situation en Ukraine, l’acteur français avait cependant déclaré ne rien comprendre à la situation ukrainienne. « Je n’aime pas la guerre, je n’aime pas les conflits, car ça fait des morts », avait-il dit.

Les relations entre l’Ukraine et la Russie sont au plus bas après l’annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en mars 2014, suivie par la rébellion prorusse dans l’est de l’Ukraine que Kiev et les Occidentaux accusent le Kremlin de soutenir.

Ce conflit a fait plus de 6.500 morts en quinze mois.