Dominique Strauss-Kahn fustige «le diktat» que l'Europe a imposé à la Grèce

REACTION L’ancien directeur du FMI juge dans une lettre ouverte la politique «mortifère» conduite en Grèce, notamment par l'Allemagne…

A.-L.B.

— 

Dominique Strauss-Kahn lors du procès du Carlton de Lille, le 16 février 2015
Dominique Strauss-Kahn lors du procès du Carlton de Lille, le 16 février 2015 — Francois Lo Presti AFP

Les mesures imposées à la Grèce vont installer «un climat dévastateur» pour l'unité européenne, explique l’ancien directeur du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn dans une lettre ouverte «à [s]es amis allemands» diffusée samedi sur Twitter.

Publié en anglais, allemand et français, ce document accuse l'Allemagne d'imposer un «diktat» qui peut mener l'Union européenne à sa perte, quelques jours après qu’un accord avec la Grèce a été trouvé pour obtenir un nouveau programme d’aides.

>> Dominique Strauss-Kahn est de retour... sur Twitter

DSK critique ainsi «les conditions de cet accord [...] proprement effrayantes pour qui croit en l'avenir de l'Europe». «Ce qui s'est passé pendant le week-end dernier est pour moi fondamentalement néfaste, presque mortifère», écrit l’ex-candidat à la présidentielle française 2012, qui amorce un retour en politique.

>> Relaxe de Dominique Strauss-Kahn relaxé, épilogue de quatre ans de scandales sexuels

Aux parlementaires grecs, Dominique Strauss-Kahn adresse une critique acide: «Que l’amateurisme du gouvernement grec et la relative inaction de ses prédécesseurs aient dépassé les bornes, je le mesure. Que la coalition des créanciers conduite pas les Allemands, soit excédée par la situation ainsi crée, je le comprends (...) Mais ces dirigeants me semblaient jusqu’alors trop avertis pour vouloir saisir l’occasion d’une victoire idéologique sur un gouvernement d’extrême gauche au prix d’une fragmentation de l’euro. Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit», estime DSK.

Dominique Strauss-Kahn plaide enfin pour un «projet politique» européen face à un «moule unique venu d’Outre Atlantique».